Le royaume d'Aryon
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Côté RPG Côté Administratif
Les prédef
Les recherches de liens
Le contexte
Un royaume prospère dans un monde plein de magie, de mystères et surtout d'aventures !
Natif de cette contrée, vous allez pouvoir défier votre destinée et créer votre légende au travers d'un récit épique qui marquera l'histoire du royaume... Que vous soyez un artisan de génie, un commerçant fourbe, un noble prétentieux, un aventurier intrépide ou un garde incorruptible, vous avez tous votre place dans le royaume d'Aryon !
Les dernières rumeurs
dabberblimp
ARYONPEDIA
CARTE INTERACTIVE


Aubéclat II | Eva

Anonymous
Invité
Invité
Sam 15 Juin - 21:06


Sous les conseils avisés de son hôte, Marc-Antoine rejoignit son lit puis les bras de Morphée. Norbert était assurément sénile. Aussi, il ne pouvait faire confiance à pareil individu. Eva, de par son amitié avec le vieil homme, était probablement incapable de s’en rendre compte néanmoins il n’était plus que l’ombre de ce qu’il fut autrefois. En supposant qu’il eut été quelque chose un jour. Quoiqu’il en soit, c’est le cœur en paix et après avoir nourri le Rapidoo que le de l’Épée ferma les yeux pour quelques heures, le temps de faire le plein d’énergie pour la journée à venir. Celle-ci s’annonçait moins longue et moins ennuyeuse que la précédente toutefois le fugitif était précautionneux de nature et jugeait préférable de partir d’ici en pleine forme.
Le lendemain matin, c’est aux aurores que ce beau monde fut prêt à partir. En effet le petit-fils du forgeron s’était préparé et, bientôt, la troupe quitta Ferville, direction la montagne. Cette dernière ne se trouvait pas loin et, selon toute logique, les aventuriers pouvaient rejoindre ledit lieu en quelques heures. Sur la route, Eva ainsi que ses deux autres confrères discutèrent de tout et de rien. Tout en gardant les yeux rivés sur le chemin qu’il empruntait, l’attention de Marc-Antoine était divisée en deux parts, presque égales. L’une d’entre elle se concentrait sur le terrain et les mouvements du Rapidoo tandis qu’une seconde se portait en revanche sur les conversations de ses collègues. Curieux de nature et un tantinet paranoïaque, le chevalier noir ne put s’empêcher de laisser traîner l’oreille. Alfred, bien que plus discret que son aïeul, était lui aussi un homme curieux. Il demanda à voir la lame du chevalier noir et l’analysa de plus près. Eva lui confia l’épée, objet qu’il observa sous différents angles avant de s’exclamer :
▬ Mais là ; C’est le sigle de notre famille ? Regarde ça grand-père. C’est bien notre marque ? Enfin, celle que tu faisais ?
Marc-Antoine tressaillit. Il n’était jamais attardé sur la question néanmoins il y avait effectivement une marque près du manche, un triangle dans lequel se trouvait un cercle barré. C’était donc l’emblème de leur famille … Il tenait fermement les rennes et, sans se retourner, prêta plus attention encore aux propos de ses passagers. Norbert observa de plus près l’arme ainsi que la zone désignée par son petit-fils puis, après s’être esclaffé, il conclut :
▬ C’est quoi ce triangle ? Pourquoi faire des triangles ?
En son for intérieur, Marc-Antoine fut soulagé. Norbert ne le savait pas néanmoins son ignorance ainsi que sa sénilité venaient de lui sauver la vie. S’il s’était souvenu de cette épée et – pire encore – du commanditaire de cette dernière, nul doute que le chevalier noir l’aurait fait taire à jamais.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Sam 15 Juin - 21:40

La nuit avait été courte. Comme prévue, j’avais mis un certain temps à m’endormir. Et mon sommeil été agité. Le voyage avait été difficile, du moins pour moi. Le chevalier lui, semblait l’avoir bien vécue. Et le réveil était difficile. Oui, il fallait se lever pour partir, et j’avais mal à la jambe. Néanmoins, bien que grognonne, je descendis manger.

Le départ de Ferville fut rapide, la conversation ennuyante. Je sentais que Norbert n’était pas au mieux de sa forme. Mais, nous n’avions pas le choix. Je ne pouvais pas tout révéler au chevalier. Il y a des secrets de fabrication qu’il faut garder pour soit, ne pas toujours tout expliquer était le maître mot d’un artisan. Et je le respectais. Tranquillement, je passais l’arme à Alfred lorsqu’il le demanda. Et celui-ci remarqua un sigle particulier. Celui de leurs familles. Mes sourcils se haussèrent, ainsi, par un heureux hasard, c’était eux qui avait fait la lame. Même si Norbert lui ne s’en souvenait pas. Lentement, je me levais pour m’asseoir à côté du chevalier. Rapidement, nous nous approchions des montagnes, et en suivant les indications de Norbert, il fut facile de trouver l'endroit voulu.

En compagnie des autres, je descendis du chariot pour chercher la poudre d’amantite. Tombant au pied des montagnes avec le vent à certains endroits bien précis, difficile à trouver. Mais ici, il n’y avait rien. Je fronçais les sourcils en même temps qu’Alfred. Lui aussi connaissait le coin, et lui aussi ne trouvait pas cela normal.

- Si y’a rien ici, faut monter.

Norbert avait lâché la bombe, gravir la montagne. Avec ma jambe, super, j’adorais le principe. Soupirant je regardais la montagne, puis le chevalier.

- Tu veux passer par où ?
Anonymous
Invité
Invité
Sam 15 Juin - 21:58


Ils arrivèrent au pied de la montagne et, de là, la collecte de la fameuse poussière put commencer. Seul problème, il n’y avait rien. Pas un gramme d’Amantite dans le coin. Compte-tenu des quantités nécessaires à la création de l’épée, il était évident que cette pénurie soudaine posait problème. Norbert ainsi qu’Alfred trouvèrent cette absence de poussières curieuse. Ils proposèrent malgré tout de gravir la montagne afin de chercher plus en altitude ladite matière.
▬ Monter vous dites ?
L’idée ne l’enchantait pas mais, là encore, il supposait ne pas avoir le choix. Puisqu’il fallait gravir la montagne, soit, ils allaient le faire. Si l’ascension s’avérait dangereuse, il ordonnerait à Eva et aux autres de redescendre. Et si vraiment il le fallait, il abandonnerait ces poids – car pour lui, ils n’étaient rien de plus que des fardeaux à traîner – à leur sort.
Après une rapide analyse des lieux, Marc-Antoine pointa du doigt un chemin escarpé peu praticable :
▬ Je pense qu’emprunter cette voie est la plus judicieuse, elle paraît certes dangereuse néanmoins la météo est clémente. Je pense que nous pouvons prendre le risque de passer par là sans craindre la pluie ni les rafales de vent. Restez derrière moi et ne faites rien de stupide.
« Rien de stupide » le terme était vaste et englobait une foultitude d’actions. Le chevalier noir était confiant et se savait en mesure de protéger les trois boulets qu’il traînait. Pour ce faire, ces derniers devaient néanmoins faire preuve d’un minimum de bonne volonté. Comprenez par là qu’ils devaient lui obéir aveuglement au doigt et à l’œil. L’ascension se fit sans encombre durant les premiers mètres. Eva avait bien sûr du mal à gravir la montagne néanmoins elle parvenait à ne pas ralentir le groupe de façon excessive.
▬ Avez-vous besoin d’une canne ou de quelque chose pour vous appuyer ?
Ce « avez-vous » était global et ne ciblait personne en l’occurrence. Alfred, Norbert comme Eva pouvait répondre oui à cette question. Au premier qui se manifesterait, Marc-Antoine lui céderait son épée afin qu’il l’utilise comme instrument de marche. Ce n’était pas la chose la plus judicieuse à faire pour un guerrier de se délester de son arme néanmoins il n’y avait aucun risque à ses yeux. Cela faisait bien une bonne demi-heure qu’ils marchaient et pourtant ils n’avaient croisé aucun monstre ni aucun signe de vie, de quoi rassurer le de l’Épée.

Très vite, les yeux de Marc-Antoine se posèrent sur des œufs, vraisemblablement de harpie. C’était la première fois durant cette ascension qu’il croisait autre chose que de la pierre et du matériel biologique inerte.
▬ Je vois des œufs là. Ce n’est pas ce que nous voulons n’est-ce pas ? Ignorons-les. Sait-on jamais … Cela pourrait nous porter préjudice d’y toucher.
Les harpies étaient de véritables teignes et il ne voulait pas avoir affaire à ces créatures. Le quatuor était ici pour la poudre d’Amantite et pour rien d’autre : Inutile donc de perdre du temps et de prendre des risques inconsidérés.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Jeu 20 Juin - 18:29

La montée fut compliquée, il avait choisi le chemin le plus difficile. Certes sans aucun doute le plus rapide, surtout au vu des conditions. Mais pour ma jambe, c’était un enfer. Je faisais tout ce que je pouvais pour ne pas ralentir le groupe. Le chevalier proposa une canne que je refusais. Je pouvais me la faire moi-même et ce n’était pas une mauvaise idée au vu du trajet. Dégainant ma lame, j’en modifier l’apparence pour en faire un bâton. Et c’est en m’appuyant dessus que je suivis le groupe.

Je soupirais de soulagement lorsque le groupe fit une pause sur un petit replat. Regardant autour de moi, je ne vis rien, aucun monstre. Sauf quelques œufs. Lentement je m’approchais avec les deux forgerons. Et au même moment le chevalier parla. Oui toucher des œufs de harpie n’était pas une bonne idée. Mais en même temps, il était possible de s’en servir comme matériel. Et c’était rare de pouvoir en avoir aussi facilement. Je me tournais vers les œufs, j’étais juste à côté. Et les deux autres les avaient déjà pris. Je soupirais trop tard pour y faire quoi que ce soit.

- Bon je prends le dernier quitte à faire ça sera toujours utile au point où on en est.

D’un geste, j’attrapais le dernier œuf. Plus léger qu’il ne devrait l’être. Et rien ne se passait. Pas de Harpie. Rien. Lentement, je retournais vers le chevalier. Il n’y avait plus cas les faire rouler pour qu’ils atterrissent près du chariot et les récupérer. Enfin, c’était le but.
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 20 Juin - 21:18


Après avoir mis en garde ses collègues, les pupilles du chevalier noir quittèrent les œufs et se posèrent sur le sommet de la montagne. Ce dernier était encore loin bien qu’à portée de vue. Marc-Antoine était anxieux. Quelque chose ici clochait. Cette absence de vent, la présence de ces œufs, la facilité déconcertante avec laquelle ils avaient réalisés cette ascension jusqu’à présent … Pour lui, cela ne faisait aucun doute, il y avait anguille sous roche. D’ailleurs, voilà que la pierre sous ses pieds se mit à vibrer. Il grinça des dents, utilisa ses petites cellules grises afin de déterminer la cause d’un tel phénomène, le tout en vain.

Toujours à chercher la cause de ces tremblements, le porteur du Sombre Présage fit volte-face et constata avec agacement que les trois forgerons n’avaient pas écoutés ses recommandations. Les bougres s’amusaient à faire rouler les œufs … Sûrement dans le but de les récupérer. Il leur avait pourtant bien signifié de ne pas y toucher … Quelle plaie pensa-t-il sur le coup. Certes ces œufs étaient rares et l’occasion trop belle mais ils n’étaient pas ici afin de se remplir les poches d’objets tous plus inutiles et encombrants les uns que les autres.
▬ Reposez cela.
Sa voix était claire, nette et précise, presque solennelle, comme un ordre d’un commandant à son soldat. Il n’y avait ni volonté d’intimider, ni véhémence. Son agacement n’était pas perceptible au son mais il était pourtant palpable à la diction ciselée du chevalier noir. C’est cette façon de parler qui, vraisemblablement, perturba un des trois forgerons. Celui-ci fit maladroitement tomber l’œuf de harpie, sous les yeux médusés du de l’Épée. Une veine se dessina le long du cou de Marc-Antoine qui, agacé, eut la plus grande peine du monde à retenir sa colère. Il craignait le pire. Le sol tremblait encore mais l’attention de notre héros était portée sur le ciel.
Aucune harpie ni représailles n’était en vue. Cela rassura le chevalier l’espace d’un instant … L’espace d’un instant seulement. Car une fois que ses yeux retrouvèrent la terre ferme et se posèrent sur l’œuf brisé, l’ancien membre de la garde nota la présence d’une substance verte gluante. Ce n’était pas un œuf de harpie. Il n’y avait ni corps, ni aile … Juste ce liquide étrange et un ersatz de ver.
▬ Derrière moi. Soyez prêts à vous protéger par vous-même, on ne sait jamais.
Il avait comme un mauvais pressentiment. D’autant que les tremblements s’intensifiaient. L’attention du chevalier noir se portait tantôt sur les airs, tantôt sur le sol rocailleux.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Jeu 20 Juin - 23:41

Le sol tremblait, je posais délicatement l’œuf sur le sol en regardant le ciel au cas où des harpies arriveraient. Rien. Pourtant, le chevalier semblait alerte. Un bruit se fit entendre à côté de moi et je vis un œuf, écrasé au sol, répandant une substance verte et gluante sur le sol. Grimaçant de dégoût, je me rapprochais du chevalier et, suivant son ordre, me posais derrière lui. Me défendre moi-même. Levant ma canne improvisée, je reformais ma lame et l’affûtais en quelques secondes. Une lame grossière mais qui suffirait pour découper un monstre normal. Si je parvenais à le toucher bien entendue.

Et devant nous, là où auparavant se trouver les œufs, la roche se souleva, se brisant en petit morceau. Et un énorme vers en sortie. Un monstre dégueulasse qui semblait, de ce que je pouvais deviner, relativement de mauvaise humeur. Le truc faisait 4 bon mètre, énorme, une bouche immense pleine de croc dégueulasse. Je frissonnais. Ça, je n’en avais jamais affronté, et je comptais pas commencer maintenant. Je fis un pas en arrière en lâchant.

- C’est le moment de se casser là non ? Hein on se casse ?

Lentement, je continuais à reculer alors que le monstre terminé de sortir du sol. Ma main tremblait, je savais que je n’étais pas de taille contre ça. Mais le chevalier lui avait montré être capable de faire face à beaucoup de problèmes. Peut-être que celui-là, il allait le gérer. Les deux autres forgerons eux n’avaient pas demandé leur reste. Ayant déjà commencé à monter. Continuant leurs chemins pour trouver ce qu’ont été venu chercher. Et surtout, pour fuir le monstre.
Anonymous
Invité
Invité
Mar 25 Juin - 14:40

Ce n’était pas un ver incube. Du sol sortit un monstre aux allures d’insecte mais il ne s’agissait pas du monstre nommé plus tôt. Cette bestiole était bien plus grosse que celle attendue. Marc-Antoine prit position entre les trois forgerons et la créature avant de confirmer :
▬ C’est le moment où vous fuyez, oui.
Le de l’Épée ne voulait pas être dérangé dans ce combat. Soit dit en passant, il n’était pas sûr de pouvoir vaincre la créature. Pour l’heure, son objectif était de le retenir suffisamment longtemps pour permettre à ses acolytes de s’enfuir. Il comptait rejoindre la joyeuse bande de luron au plus vite. Bien qu’handicapée par une jambe ankylosée, Eva fit preuve d’une certaine vivacité dès lors qu’il s’agissait de se faire la belle. Norbert était lui aussi étonnamment rapide.
Le ver tenta d’arrêter le vieil homme et son petit-fils mais Marc-Antoine plaça son épée de sorte à couvrir les deux hommes. Ce qui semblait être le dard de l’insecte géant entra en contact avec le métal de la lame et, dans un bruit sourd, Marc-Antoine recula. Par reflexe, l’ancien membre de la garde jeta un coup d’œil derrière lui et vit Eva ainsi que les deux hommes originaires de Ferville continuer leur ascension. A ses yeux, ils étaient hors de portée.
▬ Hm.
Les deux opposants s’observèrent de longues secondes, sans que l’un ne daigne faire le premier pas de peur de voir le second parer puis répliquer avec plus de verve encore. Marc-Antoine doutait de pouvoir vaincre cet adversaire en l’attaquant frontalement. Si d’une façon ou d’une autre, il pouvait se trouver derrière lui et lui asséner un coup dans le dos …
Soudain, il eut une idée.
Alors que le ver ainsi que le de l’Épée se regardaient en chien de faïence, le chevalier noir écrasa un second œuf contenant la progéniture de l’animal afin de faire sortir celui-ci de ses gonds. La manœuvre eut l’effet escompté puisque, sans plus de cérémonie, la créature se rua sur le de l’Épée en poussant un cri aigu, semblable à celui d’une chauve-souris.
Préparé à éviter l’assaut ennemi, Marc-Antoine effectua une roulade puis, dans la foulée, tenta de trouver une ouverture … Sans grand succès. Il essaya en vain d’asséner un coup d’estoc durant la pirouette puis recula de nouveau. Il n’avait définitivement pas l’agilité d’un Yuduar. Le ver resta près du dernier œuf qu’il surveillait jalousement alors que les cellules grises de Marc-Antoine entraient en ébullition. Le félon cherchait un nouveau moyen de créer une ouverture. Il redoutait de ne pas en trouver.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Sam 29 Juin - 0:11

Le moment de fuir. Oui, il avait raison. Et j’allais pas me faire prier pour ça. Les deux autres forgerons eux n’avaient pas attendu, continuant de gravir la montagne comme si il ne c’était rien passé. Comme si ils n’avaient rien cassé. Lâchant un grognement de souffrance, je repris mon ascension en laissant le chevalier noir couvrir nos arrières. Il était le seul ici à pouvoir se battre correctement. Mais je ne savais pas ce qu’il comptait faire. Ce que je savais, c’est que si l’homme tombé à terre, je le suivrais probablement dans les secondes qui suivraient, incapable de fuir ou de me battre correctement. C’est sur ces sombres pensées que je sentis le vent se lever. Ma tête se leva vers le ciel.

5 Harpie. Celle qui devait normalement nous bloquer le chemin. Celle qui avait perdu leurs nids foncé droit sur nous. Je n’avais aucun endroit où me cacher. Je me retournais en hurlant.

- HARPIES !

Ma voix fut emportée par le vent vers le chevalier noir et je fus obligé de me plaquer au sol pour ne pas chuter. J’avais du retard dans ma fuite par rapport aux deux autres forgerons, au mieux, j’avais fait cinquante, voir cent mètres. Les harpies passèrent au-dessus de moi sans même jeter un œil vers moi et foncèrent vers les deux combattants prête à en découdre. Je frissonnais, un carnage allait commencer et je ne savais pas qui en sortirais vivant.
Anonymous
Invité
Invité
Dim 30 Juin - 21:07



Le grand dadais en armure plissa les yeux, croyant rêver. Et pourtant, Eva ne mentait pas. Des harpies prirent bientôt part au combat. Précautionneux, Marc-Antoine serra son épée de plus belle, prêt à en découdre. Les neurones de l’adolescent secrétèrent une quantité phénoménale d'adrénaline, comme pour parer à l'éventualité d'un combat épique. Ce que Marc-Antoine avait identifié comme une menace supplémentaire était toutefois une aubaine pour le grand blond. En effet les créatures humanoïdes profitèrent de la présence du chevalier noir pour faire ployer leur ennemi commun, celui-là même qui avait contaminé leurs œufs. De leurs serres, les harpies harcelèrent le ver. « L'ouverture » songea le de l'Épée qui, sans attendre, se rua sur la créature afin de lui planter sa lame en plein abdomen. Marc-Antoine transperça la carapace naturelle du ver, retira son épée des entrailles de l'insecte puis tenta de frapper à nouveau la créature, sans succès. Dans un sursaut d'orgueil, le monstre envoya valser une harpie puis évita la seconde frappe – potentiellement létale – du fratricide. Acculé, il profita de ce laps de temps pour fuir. Les harpies étaient toutefois bien décidées à ne pas offrir de repos au monstre et le suivirent. Une à une, elle griffèrent, empêchant la créature de retourner se terrer dans les profondeurs de la montagne.
▬ ...
Silencieux, il leva les yeux un instant, détournant son regard du ver et de ses alliées de fortune.
Eva et les deux forgerons originaires de Ferville continuaient – lentement mais sûrement – leur ascension et Marc-Antoine profita de l'occasion pour les suivre. Il avait apporté son aide aux harpies et celles-ci étaient présentement occupées à poursuivre le ver.
Il n'était pas ici pour nettoyer la montagne des créatures sauvages, ni pour régler ce différend entre monstre. Seul la poussière d'Amantite se trouvant au sommet du mont l'intéressait. Et cette dernière n'était plus qu'à quelques heures de marche ; Aussi, il prit ses jambes à son cou et laissa les harpies régler son compte au ver.

Il fallut tout au plus quelques minutes au de l'Épée pour retrouver sa collègue estropiée. Une fois à portée d'elle, c'est tout en sobriété qu'il déclara :
▬ Nous ne sommes plus très loin.
Plus très loin … Plus très loin. Il leur restait aisément deux ou trois heures de route à faire. Peut-être même plus. La vérité, c'est que la nuit était sur le point de tomber. En altitude, les températures étaient excessivement basses et ce phénomène était d'autant plus vrai de nuit. De fait, il était peut-être préférable pour la petite troupe de s'arrêter. D'autant que ce chemin était difficilement praticable sans visibilité correcte.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Jeu 4 Juil - 22:14

Les harpies n’attaquèrent pas le chevalier. C’était parfait pour lui. Lentement, je repris ma route, gardant ma lame sortie au cas où même si je savais que si je me faisais attaquer, c’était la fin pour moi. La montée était pénible et j’étais lente. Affreusement lente. Alors que les deux autres forgerons eux, ne semblaient pas avoir de soucis. Autant le plus vieux était totalement débile. Autant physiquement, il avait encore la patate. Du moins par rapport à moi. Il ne fallut que quelques minutes au chevalier pour me rejoindre et parler. Presque un encouragement. Comme si nous avions fait le plus dur. Mais je savais que mon état aller s’empirer avec le temps. Grognant un coup je lâchais.

Les deux autres c’étaient arrêter sur un petit replat un peu plus haut. On aurait presque la place de s’allonger sans risquer de tomber. Je soupirais de soulagement en m’arrêtant. Il allait bientôt faire nuit et il valait mieux s’arrêter pour dormir. Il allait faire froid, mais heureusement, la nuit aller être clair. Voir autour de nous serait possible. Et c’est pendant mes réflexions que le vieux forgeron se mit à parler. Comme si de vieux souvenir était revenus. Apparemment, il avait déjà gravi la montagne. Pour chercher ce que nous étions venus récupérer. Vingt ans auparavant. Tout ça pour forger une arme gagnée par un capitaine de la garde. Un capitaine ayant un nom à particule. Mais il ne parvint pas à s’en souvenir grognant dans son coin, il s’allongea pour dormir sans poser de questions. Je regardais le chevalier.

- Je prends le premier tour de garde, t’façon j’pourrais pas dormir maintenant avec ma jambe.

Je ne laissais pas le choix, c’était soit ça, soit je dormais pas de la nuit et ça, c’était hors de question. Je me posais confortablement de façon à pouvoir voire tout autour de moi. Cela faisait si longtemps que ça ne m’étais pas arriver.
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 4 Juil - 22:57


Tout danger était écarté. Marc-Antoine et les trois personnes qu’il escortait s’installèrent afin de passer la nuit au chaud. Le repos était de mise et c’est au clair de la lune que Norbert le sénile se mit à énoncer des bribes du passé. Il raconta les exploits qu’il avait pu réaliser vingt ans auparavant. Le décor l’avait inspiré. D’après ses dires, le forgeron était déjà venu ici, il y a de cela deux décennies. Si dans un premier temps le chevalier noir ne prêta pas attention aux absurdités déblatérées par le vieil homme, il fut pris de panique lorsque ce dernier fit mention d’un tournoi, d’une lame ainsi que d’un capitaine de la garde ayant remporté le premier prix. On lui avait raconté que cette épée avait appartenu à son père et à son grand-père avant lui. Mais jamais on ne lui avait dit dans quelles circonstances Aube – puisqu’il s’agissait visiblement du nom de l’objet – avait été confié à Siméon. Norbert était tantôt précis dans son histoire, tantôt totalement vague. Il était formel, s’il avait gravi cette montagne vingt ans auparavant c’était bel et bien pour forger l’épée brisée du chevalier noir. Cette même épée qu’il avait offert au gagnant du tournoi, un capitaine portant un nom à particule échappant totalement au forgeron.
▬ Hum.
Le porteur du Sombre Présage éprouva une certaine difficulté à déglutir. Comme à son habitude, le chevalier noir était avare en mot. D’accoutumé Marc-Antoine n’était pas excessivement taciturne mais moins il en racontait sur lui ou sur la lame, mieux il se portait. Il craignait de raviver les souvenirs du vieil homme en ouvrant la bouche et préféra donc s’abstenir de tout commentaire.
▬ Très bien. Je vais dormir.
Il n’en fit rien. Anxieux, le fratricide ne ferma pas les yeux. Norbert, son petit-fils ainsi qu’Eva devenaient de sérieuses menaces. Il ne voulait pas que son identité secrète de chevalier noir et celle de Marc-Antoine se confondent pourtant, plus leur périple durant, plus les pistes permettant d’associer les deux individus se multipliaient. Finalement, il balaya quelques sombres pensées de son esprit et trouva le sommeil, le temps d’une petite heure.
Le lendemain matin, le quatuor reprit la route. Si le plus gros du trajet avait été effectué la veille, le plus dur n’était pas pour autant derrière nos héros. En effet, le retour des harpies avait conduit au retour des vents violents. L’ascension fut difficile mais pas impossible pour autant. Intérieurement, Marc-Antoine bouillonnait, impatient d’en finir avec ce voyage improbable. Norbert quant à lui se découvrit une seconde jeunesse et prit la tête du cortège. Le sommet était à portée de vue.
Ils y étaient finalement arrivés.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Jeu 4 Juil - 23:13

J’avais peu dormi, la roche était encore moins confortable que le chariot, et le froid transperçant mes os n’avait pas spécialement apprécié l’expérience. Ce lever fut difficile, mais ce ne fut rien par rapport à l’ascension qu’il fallut faire. Retransformant ma lame en canne, je dus faire un énorme effort pour me traîner jusqu’à notre point d’arriver. L’endroit que nous cherchions. L’endroit où la poudre était présente. Je souris.

- Parfait, on va avoir largement ce qu’il faut pour l’épée.

Sans attendre, en compagnie des deux autres forgerons, je récupérais de la poudre. Et pour cela, il fallut frapper les pierres pour en décrocher les éléments voulus. D’une qualité impeccable. Je souris, cela en avait presque valu la peine. Pouvoir récupérer autant de ressource d’un coup d’une telle qualité était rare. Encore plus lorsque la récupération était gratuite. Norbert lui continuer de grommeler en réfléchissant, à croire que l’histoire de l’épée l’embêter plus qu’il ne voulait le montrer. Lentement, je retournais près du chevalier, sans me presser. Certes il allait falloir redescendre, mais ce serait bien plus facile pour moi. J’estimais le temps nécessaire divisé par deux. Au minimum. Si aucun accident ne se produisait bien entendue.

- Bien, on a tout ce qu’il faut pour forger ton arme, sauf l’idée du pouvoir à lui ajouter. Si on reste sur une base de déplacement mais sur une arme. JE dirais qu’il faut quelque chose permettant de réduire la distance, de changer la forme de l’espace présent.

Je me tus, réfléchissant encore. On avait encore un peu de temps. Avec le vent, il était hors de question de forger la lame ici. Il faudrait attendre de descendre et cela nous laissait le temps de réfléchir au pouvoir que le chevalier voulait ajouter à son arme.
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 4 Juil - 23:33


Cette poussière était tout à fait banale en apparence. Marc-Antoine était presque déçu. « Tout ce trajet pour ça » s’était-il dit en voyant la substance. Quoiqu’il en soit, il aida les trois forgerons à récolter le matériel. Afin de forger la lame, une grande quantité d’Amantite était nécessaire. Aussi, il fit le maximum afin d’aider ses collègues dans leur récolte. Par moment, Norbert fustigea le chevalier noir, lui expliquant qu’il ne grattait pas convenablement la pierre ce qui eut le don d’agacer notre héros qui songea plus d’une fois à gratifier le vieillard d’un coup de coude « amical ».
Par précaution, le groupe prit bien plus de poussières qu’il ne leur en fallait. Ceci-fait, ils quittèrent la montagne. Évidemment, la descente fut bien plus aisée que la montée. Marc-Antoine et ses collègues restèrent néanmoins sur leurs gardes. Une bricole pouvait vite leur arriver. Il y avait des monstres ici, ils en avaient fait l’expérience et ne souhaitaient pas rallonger plus qu’il n’en fallait leur voyage.
▬ Nous verrons cela en bas. Je vous fais confiance pour ce genre de choses.
Il voyait mal comment il était possible pour une épée de raccourcir les distances mais qu’à cela ne tienne. L’idée avait le mérite d’intriguer le chevalier noir. Une fois en bas, le groupe d’aventuriers fit une pause. Puis, passées quelques heures, ils reprirent la route de plus belle afin de regagner Ferville. Ce n’est que très tard le soir, sur les coups de deux heures du matin, qu’ils parvinrent à retrouver la forge de Norbert et de son petit-fils. Marc-Antoine avait conduit cette cariole avec brio et supporté la parlotte d’Eva ainsi que de ses amis. Il espérait en tout cas que la forgeronne avait profité de ce temps et de ces discussions pour mettre au point un plan lui permettant de reforger convenablement Aube.

***

Midi sonnaient et Marc-Antoine se leva de son lit en trombe. Il avait dormi pendant presque dix heures, signe de la fatigue accumulée ses derniers jours. Après avoir salué Eva puis Norbert, il rejoignit le petit-fils de ce dernier. L’homme était occupé à lire un ouvrage imposant semblable à un vieux grimoire. Le fratricide ironisa :
▬ Vous vous mettez à la magie maintenant ?
Pour la première fois depuis longtemps, il se permit un trait d’humour. Le sourire sur son visage disparut bien vite lorsqu’il comprit de quel type d’ouvrage il s’agissait.
▬ Que faites-vous au juste ?
▬ Je cherche le nom de ce mystérieux vainqueur. Vous vous souvenez … L’histoire de la veille ; ce capitaine ! Je l’ai encore en tête et cela va me hanter jusqu’à la fin de mes jours, je le sens.
Il resta muet. Eva de son côté s’affairait. La confection de la lame était presque terminée.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Jeu 4 Juil - 23:55

Nous étions rentrées pour dormir. Et je m’étais levé tôt. Il me faisait confiance pour le pouvoir et semblait intrigué. J’avais réfléchi toute la nuit pour confectionner la lame et le pouvoir qui irait avec et c’est fraîche et dispo que je m’étais attaqué à la forge. Les deux autres forgerons eux c’était trouvé une autre occupation. Trouver à qui avait appartenu l’épée à l’époque. Personnellement ça ne m’intéressais pas. Le chevalier cacher son identité et il devait avoir ses raisons. Pour moi, ce n’était qu’un client comme un autre qui payé plutôt bien.

J’avais donc sortie le bloque de métal et la lame brisée. Activant mon pouvoir, je remodeler le tout, cela prenait du temps pour faire un alliage correct et y ajouter les décorations. Et lorsque le chevalier se leva, j’avais presque terminé. Il ne me restait plus qu’à ajouter le pouvoir. J’avais déjà préparé ce qu’il fallait. Concentrée, je n’avais pas fait attention à la discussion, et lorsque j’eu terminé d’ajouter le pouvoir à l’arme. Je m’approchais du chevalier un grand sourire au lèvre.

- J’ai terminé, j’y ai ajouté un pouvoir qui devrais te convenir regarde.

Tenant l’arme devant moi, j’activais son pouvoir. L’air devant moi se déforma quelques secondes et je me retrouvais projeter en avant. Je grimaçais de douleur en tentant de récupérer mon équilibre. L’effet était bien plus intéressant que prévu, distordant l’air afin de raccourcir la distance d’un point à un autre. Reprenant mon sourire je tendis l’arme au chevalier.

- Avec ça, tu pourras améliorer t’es déplacement, et, si tu l’utilises correctement, utiliser le pouvoir de l’arme de façon offensif. J’t’avoue que j’vais éviter de m’y essayer c’est pas non plus ma tasse de thé.
- DE L’ÉPÉE ! C’était lui le gagnant et le propriétaire de l’arme.

Je sursautais en me tournant vers le forgeron. Il semblait heureux d’avoir trouvé le propriétaire de l’arme. Une seconde plus tard, mon sang ne fit qu’un tour. Un homme avait pris la fuite récemment. Enfin récemment. Je ne me souvenais plus exactement quand. Mais, c’était un meurtrier, qui avait tuer une partie de sa famille. Une famille portant justement ce nom. D’un pas rapide, je m’éloignais du chevalier. Pour moi, ça ne changeais rien. Je forgeais des armes à tout le monde, leurs crimes ne m’intéressaient pas. Mais, ce n’était peut-être pas son avis. Si bien sûr c’était lui.

- Je veux pas savoir. Surtout pas, ça ne me concerne pas.
Anonymous
Invité
Invité
Ven 5 Juil - 0:28


Curieux, il rejoignit la rousse qui avait achevé sa besogne. Le petit-fils du forgeron quant à lui poursuivait ses recherches. Marc-Antoine gardait un œil sur Alfred et écouta dans le même temps les dires de la forgeronne. La demoiselle n’était pas très douée avec les armes mais parvint malgré tout à effectuer une démonstration tout à fait honorable du nouveau pouvoir intégré à la lame. Tordre l’espace, voilà qui était impressionnant. Eva n’avait pas volé sa réputation. L’épée avait été réparée et améliorée à un point qu’il ne soupçonnait même pas. Enthousiaste à l’idée de tester cette arme, il fut arrêté par un bruit, un cri, provenant de la pièce d’à côté, c’était Alfred.
▬ …
Le nom de « de l’Épée » avait raisonné dans toutes les pièces de la maison familiale. Le visage de Marc-Antoine se décomposa, de même que celui d’Eva. « Cela ne la concernait pas » avait-elle dit. Pourtant. Il était trop tard pour faire machine arrière. Elle savait. De même qu’Alfred et Norbert. Pour le criminel, il n’y avait plus à réfléchir. Ils devaient tous disparaître. Le vioque, l’estropiée, le curieux ainsi que son livre maudit recensant l’histoire de Ferville et des tournois … Tout allait brûler.
▬ Oh mais tu en sais déjà trop.
Alfred étant des trois le plus proche de la porte – et aussi le plus apte à courir –, Marc-Antoine utilisa le pouvoir de son épée afin de se retrouver face à lui. Sans lui laisser la moindre chance de fuite, le chevalier noir planta la lame nouvellement forgée dans le cœur du jeune homme puis s’occupa de son aïeul. Les lèvres de Norbert bougèrent mais, pris de panique et de surprise, aucun cri ne quitta cette bouche fripée et usée par le temps. Dans la seconde qui suivit, les joues rosées du vieillard virèrent aux rouges, de même que ses lèvres. Il avait lui aussi subit le courroux du fratricide.
Eva était la prochaine. Il scella la porte et fit quelques pas en direction de la pièce dans laquelle se trouvait la forgeronne qui en avait sûrement profité pour prendre ses jambes à son cou. Dans tous les cas, vu l'état de sa jambe, elle n'allait pas aller bien loin.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Ven 5 Juil - 1:39

Je frémis, j’en savais déjà trop. Ok, c’était la merde. Et en plus, je venais de lui fournir une arme bien trop puissante à mon goût. Heureusement pour moi, je ne fus pas la première cible. Rapidement, il alla tuer les deux autres. Pas un bruit ou presque. Mais nous étions dans une forge. Et c’était mon élément. Courir n’était pas une option loin de là. Déjà, il marcher plus vite que je ne courrais. Mais en plus, il avait désormais une épée le rendant capable de se déplacer encore plus vite. Je profitais donc du moment où il tuer les deux autres pour fermer la porte et, attrapant un lingot que j’avais posé par là sans faire attention, je le modifier pour sceller la porte. Une consolidation précaire mais qui me permettrais de gagner un peu de temps.

La mort, je l’avais déjà vue plusieurs fois, et je n’en avais pas peur. Du moins, pas autant que d’autres. Mais, j’avais promis à Elliane de vivre le plus longtemps possible, et je ne comptais pas m’offrir au chevalier. À ce meurtrier. Il avait tué sa famille, et maintenant, j’étais sa cible. Rapidement, je retournais vers la porte d’entrée et l’ouvris d’un coup sec. Fuir, non, ce n’était pas la bonne option je le savais. Mais je n’avais pas le choix. À l’entrée, j’attrapais une des nombreuses épées ratées que le forgeron avait posées dans un tonneau et sortie sans même prendre le temps de refermer la porte. Je n’avais plus beaucoup de temps. En boitant, je m’éloignais. La grande rue était assez éloignée, et à cette heure de la journée, il n’y avait presque personne en ville. Juste quelques commerçant. Voir des gardes patrouillant. Mais la plupart étaient au niveau des mines ou près des chemins. C’est donc d’un pas presque rapide, que je me dirigeais vers la mine. Si je devais mourir, je n’allais pas impliquer des commerçants innocents. Qui seraient tué à leur tour. Tout en boitillant, je refis la lame en quelques gestes. Elle ne serait pas parfaite mais, cela suffirait pour le moment.

Anonymous
Invité
Invité
Ven 5 Juil - 23:53


Norbert ainsi que son petit-fils étaient tout deux décédés. Il avait fallu quelques secondes seulement à Marc-Antoine avant d'effectuer sa sombre besogne. Les deux forgerons de renom avaient été tués dans la plus grande des indifférences. Le meurtrier avait dans la tête de brûler les corps et de faire passer leur mort pour un malheureux accident. Dans une forge, un incendie était si vite arrivé …

Alors qu'il fomentait ce plan machiavélique, l'ancien membre de la garde tata la poignée de la porte menant à l'atelier. Celle-ci était scellée. Marc-Antoine ne se souvenait pas avoir vu de clé ou de serrure permettant l'accès à la pièce mais fit fi de ce détail. Le chevalier noir utilisa la force et passa outre l'obstacle érigé par la forgeronne. Une importante quantité d'adrénaline coulait dans les veines du guerrier qui enfonça la porte d'un coup de pied. Il tourna machinalement la tête de droite à gauche puis emprunta la même direction qu'Eva quelques secondes auparavant. Son pas était lent, lourd mais décidé. Bientôt, il fit face à celle qui avait été sa compagnonne de route ces trois derniers jours. Elle tenait entre les mains une lame de fortune, probablement forgée à la hâte.
Si pendant un fraction de seconde, le criminel songea à laisser Eva en vie, il se ravisa bien vite. Ferville était une petite ville néanmoins les renforts n'allaient pas tarder à arriver. Marc-Antoine ne craignait pas la présence de garde mais il redoutait d'être repéré. Comme expliqué plus tôt, il souhaitait conserver cette identité de chevalier noir le plus longtemps possible. Soit dit en passant, le de l'Épée avait eu de la chance, la forgeronne n'avait pas emprunté le chemin lui octroyant le plus de chance de survie. Face à la bêtise de son vis-à-vis, il esquissa un sourire puis s'élança.

Cette fois-ci, le bretteur ne fit pas usage du pouvoir de l'épée. Il était rapide mais ses mouvements étaient en adéquation avec les lois de la physique. Ce n'est qu'une fois arrivé à mi-distance, quand sa lame approcha celle de son adversaire, que Marc-Antoine fit usage de ce pouvoir nouvellement acquis. Son but ? Tordre l'épée de son adversaire ; le désarmer et lui asséner dans la foulée un coup de pied dans l'abdomen afin de la projeter plus loin.
Il souhaitait en finir, certes mais voyait dans le même temps en ce combat un bon moyen d'expérimenter le pouvoir de son arme nouvellement acquise. Quoiqu'il en soit, si sa manœuvre réussissait, il ne jouerait pas plus longtemps et exécuterait au plus vite cette femme.
Elle avait effectué un travail remarquable avec Aube. Travail qui allait se retourner contre elle malheureusement.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Sam 6 Juil - 1:09

Peu de temps. Voir rien du tout, c’est ce que j’avais gagné en fermant la porte. Il était déjà là, prêt à m’attaquer. Et lui tourner le dos n’allait pas me sauver la vie. Face à lui, je tenais mon épée, prête à l’action. L’adrénaline était présente aussi, me faisant quelque peu oublier la douleur à ma jambe. Je ne devais pas mourir. Non, je devais désormais arrêter cet homme en armure qui ne pensait qu’à tuer. Un homme à qui j’avais fourni une arme bien trop puissante à mon goût. Jamais ma lame ne pourrait survivre à la sienne. Je le savais très bien.

Il m’attaqua simplement, sans utiliser le pouvoir de son arme. Mais même comme ça, je n’étais pas certaine que ma lame supporte le choc. Je fis un pas sur le côté, vers ma droite. Et juste avant l’impact entre les deux lames je lâchais mon arme. Fort, heureusement pour moi, le pouvoir de l’épée c’était activé, détruisant proprement mon arme. Mais j’étais presque à porter pour contre attaquer. Un second pas me rapprocha de lui et, passant sur le côté, je posais mes mains sur son armure pour la modifier. Rigidifiant le tout pour le bloquer dedans. Je ne savais pas si j’aurais le temps de faire ce que je voulais. J’avais touché au niveau de la jambe gauche et si j’y parvenais, il ne pourrait plus marcher correctement. Réduit à boiter comme moi. Mais ça c’était une autre histoire. L’opération allait prendre quelques secondes, et il faudrait ensuite que je prenne la fuite. Le plus vite possible.

Anonymous
Invité
Invité
Dim 14 Juil - 23:25


Une esquive de fortune, mais une esquive tout de même fut à noter de la part d'Eva. La demoiselle avait lâché son épée au dernier instant puis était parvenue à se faufiler de sorte à modifier la forme des jambières métalliques du chevalier noir, en tout cas d'une jambière, celle de gauche. La procédure devait durer quelques secondes pour être complètement effective, temps que n'offrit par le de l'Épée à sa vis-à-vis puisqu'il envoya cette dernière valser à mètres d'un coup de pied vengeur – le droit, celui qui était valide.

Sa jambe d'appuie, à savoir la gauche, était ceci-dit partiellement bloquée. Eva n'avait probablement pas autant gêné le de l'Épée que ce à quoi elle se serait attendue néanmoins l'entrave était bien réelle. Sa jambe était comme ankylosée, soumise à une masse qu'il ne connaissait pas. Cela allait rendre ses mouvements particulièrement difficile. Fort de ce constat, notre héros se mit à jurer :
▬ Espèce de …
Garce ? Chienne ? Les qualificatifs qui lui vinrent en tête étaient nombreux mais tous furent injurieux. Aussi, il préféra se taire et adressa à son opposante un regard noir qui en disait long sur son état d'esprit du moment.
L'ancien membre de la garde était bien décidé à en finir. Si la forgeronne n'était pas une menace au premier abord, son pouvoir de nuisance demeurait réel. En effet, plus le combat s'éternisait, plus les chances qu'elle rameute le quartier augmentaient. En outre, elle était parvenue à le surprendre et à saboter en partie l'amure qu'il avait eu tant de mal à obtenir. Marc-Antoine n'avait pas pleinement pris la mesure du danger que représentait le talent de cette fille. Effectivement, quand bien même elle n'était pas experte dans les arts guerrier, la forgeronne possédait un don susceptible de saboter les avoirs matériaux du fratricide. Son armure, son collier, son épée, beaucoup de ses possessions et armes magiques étaient faites de métal et quand bien même tout pouvait se repérer, il préférait ne pas jouer avec le feu.

Bloqué, le grand blond secréta sans s'en rendre compte une grande quantité d'hormones – dont des dérivés de la morphine. Ces substances permirent à Marc-Antoine de ne pas sentir la douleur, bien qu'elle fut réelle. Le guerrier en armure ne boita pas. Pour cause, il ne prit pas la peine de bouger d'un pouce et, au contraire, utilisa le pouvoir de son épée pour se dresser devant la rousse. De là et sans un mot, il fit s'abattre cette version améliorée d'Aube sur son ennemi, avec la même force et la même rage que lors de son affrontement avec Adeline.
Hex P. Lozion
MESSAGES : 185
CRISTAUX : 416
COULEUR : #006600

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Hex P. Lozion
Aventurier
Lun 15 Juil - 7:28

Je n’eus pas le temps de terminer. Un coup de pied me cueillit pour me propulser à quelques mètres. Je grimaçais en m’écrasant par terre. C’était raté. Je n’avais pas eu le temps de faire ce que je voulais. Lui bloquer intégralement la jambe, à vie. Personne n’aurait pu l’aider, ou presque. Seulement quelqu’un comme moi, pouvant modifier le métal. Mais un banal forgeron en aurait eu pour des journées entières de boulot. Sans parler de l’handicape que cela lui aurait procuré. Toussant je me relevais le plus rapidement possible. C’est-à-dire bien trop lentement. Il était énervé, très énervé et se retrouva d’un seul coup devant moi.

On dit que lorsque l’on voit la mort arriver, le temps passe plus lentement, que l’on peut revoir sa vie entière défilé devant ses yeux. Que des années s’écoulent en quelques millièmes de seconde. Que dal. La lame s’abattit sur moi. Violente, pleine de rage. Une lame que j’avais rendu bien trop forte. J’eu à peine le temps de me décaler, très légèrement. Le choc fut sans pitié, la lame tranchant mon épaule gauche. Mes yeux s’ouvrirent sous le coup alors que mes jambes me lâchèrent. La douleur était intense, un cri m’échappa pour s’interrompre lorsque la lame atteignit mon cœur. Enfin, j’allais pouvoir rejoindre Elliane.
Contenu sponsorisé


Le royaume d'Aryon :: Le royaume d'Aryon
Zone RP
 :: Les montagnes
Aller à la page : 1, 2  Suivant
NouveauRépondre
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum