Le royaume d'Aryon
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Côté RPG Côté Administratif
Les prédef
Les recherches de liens
Le contexte
Un royaume prospère dans un monde plein de magie, de mystères et surtout d'aventures !
Natif de cette contrée, vous allez pouvoir défier votre destinée et créer votre légende au travers d'un récit épique qui marquera l'histoire du royaume... Que vous soyez un artisan de génie, un commerçant fourbe, un noble prétentieux, un aventurier intrépide ou un garde incorruptible, vous avez tous votre place dans le royaume d'Aryon !
Les dernières rumeurs
dabberblimp
ARYONPEDIA
CARTE INTERACTIVE


Ça vous dérange si je remue un peu votre passé ?

Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Lun 11 Nov - 15:42

-deux cartes et je relance de dix.
-Je me couche.
-Jamais de la vie. Démerdez vous.
-Moi, je suis.
-Ah, Jack, ça se voit que t’as pas froid aux yeux toi.
-Toujours Célestin. Ça serait con de gâcher une si belle main.

Bref instant de doute dans son regard, mais il se sépare pas de son sourire de filou. Il croit que je bluffe. La vérité, c’est que je bluffe rarement. C’est juste que l’interprétation n’est pas toujours la même que la votre. Je sirote ma petite mousse pendant qu’il me jauge du regard avant d’abattre ses cartes sans relever la mise. On se penche pour mirer ce qu’il a. Plutôt joli. On ne cracherait pas sur une main comme ça. Les regards se tournent vers moi. Je suis resté stoïque, tranquille, sourcilles haussés comme pour te dire « C’est tout Célestin ? Tu peux faire tellement mieux ». Un peu de provoc’. Il y a un petit instant de peur chez mon vis-à-vis. Je mets fin à son supplice théâtralement. Les cartons glissent sur le bois imbibés de bières par des années d’accidents et s’arrêtent dans un silence absolu.

J’ai moins bien.

C’est comme ça la chance. Parfois, on perd. L’important, c’est de rester cool. Je suis pas un mauvais perdant et je sais approuver le bon jeu et la défaite incontestée.

-Bravo Cél’. Joli coup.
-Ah ! Je savais que tu bluffais, Jack. On me la fait pas à moi.

Je suis sur un ratio de deux victoires pour une défaite contre Célestin. Je pourrai le moucher, mais il a eu des emmerdes dernièrement. Pouvoir faire le malin et se sentir puissant un peu, c’est pas mal pour décompresser. Je laisse couler. Il se lève et bombe le torse et ses collègues hésitent pas à lui rappeler ses récents échecs, eux. Mais c’est les collègues, c’est leur pain quotidien et de se moquer les uns les autres. On trinque une dernière fois, on boit comme des bonshommes et je paie au comptoir. Une bonne aprem’ que c’était bien. Sauf que les affaires reprennent et mes chers  comparses de la garde doivent retourner au boulot. Le respect des horaires c’est important, pour ça que j’en ai pas. Je dois toujours papoter avec untel ou un autre, on dérive, on prend des nouvelles de la famille et à la fin, j’ai peut-être choppé une info à utiliser, mais je suis sacrément à la bourre alors non, les horaires, c’est pas trop mon truc. Libre comme l’air, c’est l’une de mes devises.

-Je vais vous raccompagner les mecs. Ça fera du bien de se dégourdir les jambes.
-Merci Jack, t’es sympa.
-Je sais.

On quitte l’un des dizaines d’établissements qui font partie de ma petite liste des endroits où il fait bon boire un coup avec des gens dans une ambiance détendue. Dire que j’ai beaucoup fréquenté les troquets est un doux euphémisme. On peut même dire que c’est eux qui m’ont fréquentés. On ne me dit jamais non. Mieux, on me réclame. C’est que je sais mettre l’ambiance. J’ai des petits talents comme dirait ma chère mère. Qui faudrait que j’aille voir. C’est important d’aller voir ses parents. Faut pas oublier d’où l’on vient. C’est aussi important que savoir où l’on va.

-On va à la caserne.
-Ah. Et comment va la garde en ce moment ?

Ils sont chiffonnés. C’est Barney, un autre un peu plus ancien qui me répond.

-Tu as suivi les derniers gros mouvements du côté de la garde ?
-L’histoire avec le commandant ?
-Lui-même.
-Ouai, j’ai suivi. C’est le genre de chose qu’on passe pas à côté quand on se tient informé.
-Et tu sais te tenir informé Jack.
-Et oui.

C’est un peu mon boulot, tout de même. Et ce que j’aime faire, accessoirement.

-Bah, on vient d’avoir un nouveau commandant.
-Une promotion d’un gradé ?
-Non, encore plus bizarre. Un type qui vient de nul part. ça fait dix ans que je suis dans la garde et j’ai jamais entendu parlé de ce type. J’ai entendu des vieux de la garde dirent qu’il a pas mal roulé sa bosse il y a longtemps, mais il y a eu une période assez trouble et boom, disparu.
-Ah ouai ? Chaud. Ça sent un peu les problèmes, tout ça.
-Je te le fais pas dire. Déjà, ceux qui pouvaient espéré monter en grade par effet domino l’ont un peu mauvaise. Il est peut être connu des plus anciens, mais nous, les gardes récents entre guillemets, même si j’ai dix ans d’ancienneté, c’est carrément l’inconnu. Ses méthodes ? Sa philosophie ? Ses objectifs ? Et puis les trucs qu’on voit. Le pourquoi de son retour. Le pourquoi de son départ. C’est quand même pas fou.
-Je peux comprendre.

Je note tout ça dans ma petite tête. Ça sent les secrets à plein nez. Et ça, j’aime bien. Les arrangements entre amis. Les petits complots à échelles humaines. Les secrets inavouables. Ça sent une multitude de petites choses qui donne plaisir à fouiner, à recouper et à mettre à plat. Pourquoi ? Je sais pas trop. Dans le fond, je suis un mec sympa. Je verrais en fonction de ce que je trouve. Ça tombe, il y a rien de bien méchant. Parfois, les plus beaux coffres ne contiennent que du vide. Je conclus mes pensées en arrivant à la caserne de la garde. Il y a du monde. Je laisse mes contacts vaquer à leur mission et je me mets en quêtes de visages familiers. On me salue. On échange des banalités. C’est sympa. J’avise un duo de gardes et on papote de tout et de rien. De la garde ? Du commandant aussi. Et j’obtiens un nom. Höls ? Arban ? Un nom qui transpire le bonhomme extrêmement sympathique, c’est sûr.
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -35
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Lun 11 Nov - 21:15

Depuis ce matin j’ai déjà puni six gardes et la journée n’est pas terminé, je suis énervé par tout ce que je vois, ce relâchement, cette négligence, de mon temps on n’aurait jamais accepté çà ! Je me pose un moment la question à savoir si ce n’est pas moi qui suis devenu ce que certain pourrais appeler un vieux con. C’est bien possible, mais le respect c’est important et quand je vois un garde qui se balade torse nu en pleine caserne, je prends çà pour une preuve de je m’en foutisme flagrant.

Et ce n’est pas le pire, j’ai dû sévir contre un garde qui n’a rien trouvé de mieux que perdre son épée aux cartes ! Et je peux continuer la liste pendant encore très longtemps. Si je dois gérer la sécurité de la famille royale et du palais, j’ai besoin de garde d’exception, pas d’abrutis incapable de lasser leurs propres chausses tout seul. Tout çà pour dire que je ne suis pas vraiment d’humeur agréable, mais c’est habituel chez moi, et de toute façon, personne encore en vie ne m’a connu autrement.

Alors que je continuai ma tournée d’inspection des locaux, je vois un civil qui n’a bien sûr rien à faire ici, d’ailleurs qui l’a laissé entrer ? Il semble discuter tranquillement avec deux gardes qui aurait dû commencer leur patrouille depuis déjà plusieurs minutes ! Je suis sûr que je ne l’ai jamais rencontré, de taille moyenne, de poids moyen, rien ne semble le différencier, à part le fais qu’il ne devrait pas être ici.

J’arrive ainsi devant le petit groupe et demande d’une voix forte afin que tout le monde m’entende bien :

Mais bordel qu’est-ce que vous foutez ? Si vous voulez jouer les commères rentrer chez vous bande de larves, vous allez commencer votre travail et juste après, vous me ferez dix kilomètres au pas de course pour vous apprendre à laissez vos collègues faire vos tâches à votre place.

Les deux militaires me saluent de manière précipitée avant de partir faire leur devoir en courant, puis je me tourne vers l’intrus et dès que je le vois, ma certitude que je le voyais pour la première fois vacille, et je ne peux pas m’empêcher de me radoucir quelque peu en lui parlant :

Pouvez-vous m’expliquer ce que vous êtes venir ici ? Cette zone est strictement interdite à tout ceux qui ne font pas parti de la Garde Royale.

Normalement je l’aurais pris par la peau des fesses et virer manu militari, mais là, je suis prêt à lui laisser une chance et à l’écouter, cela ne me ressemble vraiment pas. Finalement, je suis peut-être un veux con.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Mer 13 Nov - 18:23

L’air con, en tout cas, je l’ai. Je tourne sur moi-même en regardant les zigotos partir en mission comme s’ils avaient une soudaine envie de faire cette patrouille alors qu’il y a pas vingt secondes, José, le plus grand, se plaignait des rondes de patrouilles tandis que son compère, Matias, critiqué les horaires impossibles. Comme être rentré à l’heure pour le petit dijo’ avec les collègues ? Triste conditions de travail que voilà. Mais tout le monde ne peut pas avoir la chance d’être de la guilde des aventuriers, et encore moins moi, qui plus est. J’avise le nouveau venu. Y a pas à dire, il transpire l’autorité. Surement un officier fraichement nommé qui doit expulser la rancœur d’avoir été enguirlandé ainsi pendant des dizaines d’années et qui peut enfin le faire sur les trouffions qui n’ont pas demandé à ce qu’il soit promis à un avenir plus reluisant. Il doit avoir de la mégère dans l’histoire. A la maison, pour sûr, ça file droit. On va privilégier la diplomatie plutôt qu’à dire les quatre vérités à ce monsieur un peu trop sérieux.

-Excusez-moi monsieur, mais je ne faisais que passer pour recueillir quelques avis auprès de la garde. En vérité, je suis…
-Chef !

On m’interrompt. Sympathique comme à mon habitude, je prends sur moi. Le nouveau venu, un garde de base, un peu essoufflé par un sprint aussi soudain que rapide, il s’octroie une demi-seconde pour reprendre contenance avant de croiser le regard furibond de son supérieur. Abandonnant toute idée de paraitre plus professionnel qu’il ne l’a jamais été vraiment beaucoup, il tend un document au gradé qui le parcourt rapidement tout en gardant un œil austère sur le garde. Pendant ce temps, je reste tranquille, observant non sans surprise que la différence orthographique entre garde et gradé est étrangement pas très grande.

-Un message qui vient d’arriver à l’instant. Il y a une inspection surprise aujourd’hui. De la part du Palais. L’inspecteur doit…

Son regard se pose soudainement se moi. Il semble très perturbé sur le coup. Son regard passe de mon honorable personne à la surement moins honorable personne à mes côtés en bredouillant quelques mots.

-Mais… je vous … connais ?

Il ne me dit absolument rien. Dans le doute, je préfère ne pas lui faire offense.

-Bien sûr. Vous étiez de garde quand je suis arrivé, il y a six mois.
-Ah ! Mais alors… ?

Je fronce les sourcils. Ses allers-retours entre moi et l’officier se font plus insistants.

-Vous ne seriez pas… l’inspecteur ?
-ça m’arrive fréquemment d’inspecter, ou examiner, les gens. Vous avez quelque chose à déclarer ?
-Non ! Rien. Pardon monsieur.
-Vous n’avez rien fait de mal… pour l’instant.

Petite pique sympathique. L’autre a pas l’air de le prendre si bien que ça. Il sourit, mais il sonne faux. Il récupère un semblant d’approbation dans le regard de son supérieur pour déguerpir au plus vite. On en revient à notre tête à tête. Je soupire en souriant.

-Difficile de passer inaperçu quand on est connu, hein ?
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -35
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Ven 15 Nov - 19:31

Alors que j’attendais toujours la réponse de l’intrus, nous sommes brusquement interrompus par un garde qui m’informe qu’un inspecteur doit venir ici. Et le soldat d’un coup pense que mon interlocuteur est ce fameux inspecteur. J’ai beaucoup de doute à ce sujet car il n’a ni la tenue, ni la stature d’un inspecteur, d’ailleurs il ne répond pas directement à la question du militaire et préfère rester vague.

Je dois tirer tout çà au clair, mais je ne peux pas le faire dans un couloir, alors je demande à l’homme encore non identifié, d'une voix habitué à commander et n'admettant pas de contestation:

Suivez-moi.

Oui, je ne dis pas s’il vous plait, ou une autre forme de politesse, car je n’ai jamais employé ce genre de gants pour parler avec les gens, et je ne compte pas commencer aujourd’hui, surtout pas pour un homme qui ne me dis pas son nom quand je lui demande. Je l’emmène donc dans mon bureau situé au deuxième étage, durant le trajet je vois de nombreux fonctionnaires se retourner sur son passage et tous semblent se demander où est-ce qu’ils ont bien pu rencontrer l’individu qui m’accompagne.

De même lorsque j’entre dans la pièce qui d’accueil, ma secrétaire Analya Krowle, malgré son grand professionnalisme, ne peut s’empêcher de le dévisager, je suis maintenant sûr que cet homme possède un don peu commun. Je passe sans dire un mot à son égard, car ce n’est pas mon rôle de satisfaire sa curiosité et j’entre en premier dans mon bureau avant de demander à mon vis-à-vis, d’une voix sèche :

Entrez, fermez la porte et asseyez-vous.


Bon, je ne fais toujours pas d’effort pour être avenant, mais l’homme doit être habitué maintenant. D’ailleurs je ne lui offre rien à boire, désireux de passer directement à la raison de sa venue :

Vous n’êtes pas un inspecteur, mais vous disposez d’un pouvoir qui est surement très utile. Reste à savoir maintenant pour qui vous l’employez. Autrement dit êtes-vous un espion ?

En effet, sa raison d’être nos locaux doit être immédiatement clarifié, si comme je le pense, sa magie consiste à se rendre sympathique à tout le monde, il peut très facilement écouter ce que toutes les personnes présentes dans ce bâtiment ont à dire, y compris les gardes royaux et ainsi découvrir les itinéraires des patrouilles et vendre ces renseignements au plus offrant et ainsi mettre en péril la sécurité de la famille Royale, ce que je ne peux laisser passer à aucun prix.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Lun 18 Nov - 18:11

J’aurais bien fait un brin de causette avec la secrétaire, mais le destin a préféré me calé dans une chaise face à un bureau imposant et copieusement recouvert de dossier. Ici, ça bosse, dit ce bureau. On les connait, les soldats. Pour rouler des mécaniques devant les grouillots, y a du métier, mais quand il s’agit d’aligner deux lignes dans un rapport, il y a plus personne. Pas comme à la guilde. On est des bosseurs doublés d’agents de terrain exceptionnel. En toute modestie. Sinon, le reste du bureau est sympa. Plutôt sobre. A l’image de son locataire qui ne fait pas dans la dentelle pour commencer. J’avoue ne pas comprendre tout de suite et je me tourne vers lui avec ce regard mi-surpris, mi-choqué qui n’a rien de feint. Je suis honnête comme mec, et m’accuser de trucs que j’ai pas fait, c’est pas un truc très sympa.

-Mais enfin, monsieur, je n’ai jamais dit que j’étais inspecteur. Je suis examinateur de la guilde, monsieur. Examinateur Whiskeyjack Callahan, monsieur. Il s’agirait tout de même d’être poli, monsieur…

Je suis un peu en colère, je l’avoue. C’est ça de pousser les honnêtes gens dans leur retranchement sans crier gare. Je suis ouvert à tous, c’est dangereux, car de viles personnes mal intentionnées peuvent ainsi profiter de vos faiblesses pour vous asséner un coup sournois qui jettera à bas votre réputation et votre sincérité. Ça, c’est le monde dans lequel on vit maintenant. Ou les règles sociétales sont sapées par des individus qui profitent des cœurs grands ouverts des gens simple comme nous. J’ai la tête de l’outrage, puis j’en viens à me souvenir d’un truc. De la petite plaque devant laquelle on est passé une minute avant. Un nom qui me parait étrangement familier. Je glisse un regard intrigué vers le gradé qui ne semble pas apprécier mon ton derrière son impassibilité chronique.

-Mon…sieur… Höls ?

Intéressante coïncidence, n’est-il pas ? Mais le bienfait de cette rencontre ne peut effacer si facilement l’animosité naissante que j’éprouve avec ce brusque individu, aussi responsable qu’il puisse être. Il s’agit d’avoir des principes. Toutefois, un autre de mes principes est de rester le type sympathique que j’ai toujours été. Et je prends sur moi pour mettre cet incident de côté pour passer sur un autre item.

-Bref, monsieur le Commandant. Il va s’en dire que je ne suis pas un espion. J’aime juste parler avec les gens et vos subalternes, aussi compétent qu’ils puissent être, restent des êtres humains soucieux du bien être de leur concitoyens. Leur capacité d’écoute est remarquable. Et moi aussi, j’aime leur parler. Car malgré mon travail, je reste un citoyen fidèle et soucieux de la pleine capacité de la Garde à remplir son office. Si je peux fournir des informations intéressantes pour garantir la sécurité de tous, c’est toujours un plaisir. En bon citoyen, évidemment.

Je lui adresse mon sourire le plus sincère, celui que je réserve aux personnes âgées acariâtre souvent un peu dur de la feuille. Je perçois le petit jeu du bonhomme. Il se doit d’avoir une sorte d’armure impénétrable d’autorité indiscutable. C’est normal. On ne lui en veut pas. Peut-être qu’il a eu une dure semaine. L’important, c’est d’être ouvert à la discussion. Voilà que je me reproche d’avoir un poil un peu sur réagi. Pour gagner un peu plus sa confiance, je décide de lui avouer un peu de mon secret dont je parle pas si souvent. Concernant mon pouvoir. Il est vrai que je n’arrive pas trop à mettre un nom sur ce qu’il peut faire exactement, mais autant donner des gages de bonne foi. Son métier est de faire éclater la vérité de protéger les innocents, alors, il verra surement mon honnêteté et comprendra que je suis innocent de toute malignité. Je baisse la voix, sur le ton de la confidence.

-Pour mon pouvoir. J’aimerais bien que ça ne s’ébruite pas. Vous l’avez sans doute deviné, son potentiel est sans doute grand, mais les premiers effets sont chaotiques. Vous savez. C’est un peu compliqué à maitriser, mais visiblement, vous voyez tout l’intérêt de faire tomber des pianos du ciel.

Je ne vais pas parler de l’ubiquité, de la capacité à changer de vêtement en une fraction de seconde et celle de servir de paillasson à tous les animaux domestiques des environs. Beaucoup trop de capacité dans ce pouvoir. Il ne serait pas prêt. Il se poserait trop de question et ça pourrait former une sorte de fossé entre nous, alors je viens juste de poser les premières fondations d’une relation cordiale à ce qui n’était pas gagné d’avance. Facile pour Jack.

-Et vous, c’est quoi votre petit pouvoir ?

En toute innocence.
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -35
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Lun 18 Nov - 22:11

Un examinateur ? Ce ne sont pas les aventuriers qui enquêtent sur les clients et les missions qu’ils proposent ? Si mes souvenirs sont bons, ils vérifient que tout soit fais dans les règles, pas d’assassinat ni de marché noir et autres coups tordus. Je crois qu’ils doivent également donner leurs accords avant le versement de la paye et s’assurent ainsi que le travail a bien été réalisé.

Mais j’ai toujours autant de mal à comprendre pourquoi il est là, il s’est perdu ? Il semble enfin prendre conscience de qui je suis car il m’appelle par mon grade comme s’il était lui-même un militaire. Il aborde ensuite la raison de sa visite qui me semble complètement aberrante au début, mais après il ajoute une petite phrase, comme quoi il peut fournir des informations à même d’aider la Garde et d’un coup une lumière s’allume dans mon esprit.

Cette lumière devient un véritable phare quand il me confirme les possibilités de son pouvoir. J’ai devant moi un informateur sans pareil, capable d’entrer dans n’importe quel endroit et pouvoir parler à n’importe qui sans éveiller le moindre soupçon ! J’en étais là à mes réflexions quand il me demande quel est mon pouvoir, et moi, je lui réponds tranquillement :

Mon pouvoir est plus simple que le vôtre, je peux tout simplement me…


Je m’arrête d’un coup, ne comprenant pas pourquoi j’allais me confier à cet homme. Pourtant j’allais vraiment lui expliquer le fonctionnement de mon don ! Je suis abasourdit par les possibilités qu’offre cet homme, et pour la première fois que je suis dans ce bureau, je m’apprête à faire réaliser une chose que jamais je n’aurai pensé faire, je lui demande donc :

Que voulez-vous boire ?

Oui, j’offre à boire à quelqu’un ! J’attends donc sa réponse avant de continuer notre discussion :

Vos capacités m’intéressent grandement, comme vous le savez surement, j’ai sous ma responsabilité une antenne, géré par un maître-espion, mais j’aimerais bénéficier d’un réseau parallèle, surtout lors d’opérations que je souhaiterais exécuter avec le moins de paperasse possible.

C’est ce que j’appelle les opérations noires que j’avais beaucoup utilisé, il y a quelques années quand j’étais maître espion contre les forces de l’Axe. J’attends donc la réponse de mon invité avec grande attention, car une réponse positive m’ouvrirai des possibilités pratiquement illimité, aussi bien à l'intérieur de mon organisation qu'à l'extérieur.



ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Mar 19 Nov - 12:17

Vu l’heure, je lui aurais bien demandé une petite mousse, mais mon formidable instinct de déduction me dit que ce ne doit pas trop être le genre de la maison. Trop prolo. C’est que Commandant, faut dire, ça doit bosser avec la famille royale. Et ça serait tout de même cocasse de voir toute la petite famille, les ministres et les officiers s’envoyaient un demi au détour d’une réunion protocolaire. Non, ça ne collerait pas. Puis, ça fait un peu partie de l’aura des puissants, les trucs un peu sophistiqués. Laissons les petites mousses pour les petits gens et les petits plaisirs simples de la vie. Je lance un regard vers là où s’approche et aperçoit son minibar. Dans un sourire aimable, je lui demande un verre de vin.

-Blanc. Sec de préférence.

J’ai pas trop de préférence, je bois de tout, tant que c’est bon. Tandis qu’il me sert ma commande dans un joli verre tiré d’un meuble jouxtant le minibar, l’impétrant Commandant commence à me sortir des trucs intéressants. Et c’est là qu’on voit tout l’intérêt de mettre en avant l’amitié entre les individus plutôt que de chercher querelle jusqu’à plus soif. On a mal commencé et maintenant, on boit un coup et on discute comme des bons amis de choses potentiellement sensibles. J’écoute avec une grande attention. C’est sûr que le truc du Maitre-espion, ce n’est pas un grand secret. L’information est une chose importante et ça serait risible que le royaume n’ait pas de gens en charge de cette capitale tâche. A la guilde, il y a moi, par exemple. Et en toute modestie, je ne dirais pas que je suis capital. Tout de même. Il vient me servir mon verre que je prends en le remerciant d’un hochement de tête. Je goutte une gorgée. Pas mal. Il ne boit pas. Pas pendant le service, évidemment, encore plus pour la plus haute autorité en matière de sécurité.

-Ah, ça la paperasse. C’est jamais un grand plaisir. Même vous, vous avez l’air d’en avoir un paquet.

Coup de tête vers le bureau et les différents dossiers qui l’occupent. Après, ça reste ranger, hein, on sent l’individu qui aime quand c’est bien organisé.

-Mais après, monsieur le Commandant, c’est un peu vous l’autorité dans la garde. Si vous êtes le chef, vous avez pas moyen de réduire la paperasse ? J’en ai discuté avec des gars et c’est pas l’activité la plus fantastique du métier. SI vous-même ne pouvez rien faire sans devoir en rapporter à douze correspondants en trois exemplaires signés et contresignés, personne ne le peut.

Autre gorgée. Ça s’appelle les réformes tout ça, mais on arrive dans un domaine que je maitrise peu, car c’est de la politique. Et tant qu’on me demande pas d’aller voter ; concept assez bizarre je vous avouerais ; je préfère pas m’y intéresser. C’est un niveau de galimatias entre nobles et gens importants, ça vous perd un saint homme. Je préfère le parler vrai et les bonnes intentions. L’ombre est plus confortable que la lumière. Surtout quand il fait chaud, un godet à la main.

-En tout cas, moi, j’aime bien aidé. Si je peux être utile à la garde, c’est être utile au royaume, non ? Après, vous seriez… enclin à donner des informations vous ?

Je finis mon verre et je lui envoie un petit sourire malicieux. Bah ouai, faut quand même nourrir ma curiosité. Je suis pas du genre à filer des informations sans avoir en retour. On cause. On cause même d’une discussion à long terme. Ça marche dans les deux sens, ce sacré Jack n’est pas là pour soliloquer. Hé ! Je vous vois déjà venir. Genre je vais demander des trucs compromettants et autres secrets inavouables. Bien sûr que non. Et puis, on est entre gens recommandable non ? Ça serait tout de même inquiétant si le commandant de la garde se mettait à dévoiler des choses pas très honnêtes. Toute façon, dans ce genre de relation, c’est toujours au feeling et au cas par cas. Penser que l’information qu’on a peut intéresser l’autre et savoir si utiliser cette information peut être d’une turpide utilité ou non. Mettons-le donc à l’épreuve, tiens, pour voir.

-Par exemple, vous seriez d’accord pour me parler de votre nomination à votre poste ? Je vous avoue qu’un type qu’on a pas vu dans la garde depuis plus de dix ans obtenir le plus haut grade. Ça turlupine. N’est-ce pas ?
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -35
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Mer 20 Nov - 15:01

Je lui sers donc un verre de vin blanc, un alcool excellent des plaines près du Village Perché, valant son pesant de cristaux. Il me parle ensuite de la paperasse administrative et je ne peux qu’être d’accord avec lui, d’ailleurs je lui réponds, étant parfaitement détendu avec mon interlocuteur comme je ne l’ai pas été depuis très longtemps :

Vous avez raison, remplir des documents toute la journée est une véritable plaie, heureusement, j’ai avec moi une assistante qui fais une grande partie du travail et je consacre juste deux heures par jour à vérifier et à signer les documents que l’on me donne, le reste du temps, je peux m’entrainer ou faire des inspections comme celle que vous m’avez vu réaliser.


Je ne peux m’empêcher de sourire sur sa réflexion sur les documents à faire en de multiples exemplaires et je lui indique :

Il y a dans le royaume des choses plus puissantes que moi, dont une s’appelle l’administration. Je dois faire remplir ces documents quoiqu’il arrive, à moins qu’il s’agisse de ce qu’on appelle une opération noire, mais çà c’était avant, maintenant ce genre d'évènement n‘existe plus, du moins officiellement.

Il est tellement facile de parler à cet homme, je me contente donc de hocher la tête quand il me demande des informations supplémentaires et comme il ne s’agit pas d’une affaire sensible, je lui parle de ce qu’il veut entendre :

C’est très simple, l’ancien commandant de la Garde a émis le souhait, dans son testament que je sois nommé à ce poste et le roi et la reine ont acceptés. Je vous assure que je suis tout à fait compétent pour l’occuper.

Je souris, car même si j’ai fait effacer mon nom des archives, mes connaissances sont toujours là, je compte modeler cette organisation pour en faire la plus parfaite machine à protéger le Royaume qu’il existe.

Puis je reprends sur le sujet qui m’intéresse en premier lieu :

Je vous propose la chose suivante, quand vous entendez d’un danger pour le royaume, vous venez me voir, quand j’ai besoin d’information sur un sujet précis, je vous envoi un message et enfin, si j’ai des informations à divulguer, vous serez le premier avertit avant les canaux officiels. Qu’en pensez-vous ?

Je ne cache pas que ce partenariat sera utile à tous les deux, et j’attends donc avec grand intérêt sa réponse.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Jeu 21 Nov - 17:59

Je finis mon verre sur cette dernière question. Vraiment pas mal. Je pose mon verre devant moi, bien en évidence, détail qui n’échappe pas à mon hôte qui, justement, en bon hôte, se propose de me resservir, ce que j’accepte avec toute la retenue dont je suis capable.

-Oh, oui, bien sûr. Une larme s’il vous plait.

Là où mon regard essaie de bien faire comprendre à mon interlocuteur qu’une larme est une expression que je considère plutôt guindé, ce qui doit plutôt correspondre au niveau d’éducation dans lequel a vécu Arban vue ses hautes fonctions, mais qui ne veut pas absolument dire ce que ça veut absolument dire pour le commun en réalité car en réalité, je voudrais dire qu’il n’y ait pas plus d’une larme d’air dans ce verre. Hélas, le message ne passe pas quand je vois un fond versé au fond de mon verre qu’il me tend avec le sourire de celui qui est satisfait de remplir la demande de son invité. Je le remercie poliment avant de noyer mon petit chagrin dans une réponse.

-Entendre une menace pour le royaume et prévenir la garde est le devoir de tous citoyens. Je m’y engage évidemment. En revanche, recevoir des informations officielles en avance ne me semble pas très pertinent. Ces annonces officielles ne concernent pas n’importe quoi et n’importe qui. Ça concerne la sûreté de l’état et la sécurité de ses citoyens et de la famille royale. Les gens qui pourraient être intéressés par ce genre d’informations sont les autorités, donc vous, ou ceux qui sont contre l’autorité. Et on est bien d’accord que divulguer ce genre d’information aux criminels serait franchement con !

J’en rigole un coup, bois une gorgée, puis me rend compte que mon verre est vide. J’éclipse ma moue amusée par une grimace et reprend, noyant mon chagrin dans le papotage qui a l’avantage de ne pas nécessiter de ressources extérieures.

-Et savoir les informations officielles à l’avance, ça n’a limite d’intérêt que si j’ai vocation à les révéler plus tôt et m’assurer une bonne visibilité. Ça fonctionnerait pour du journalisme et je ne suis pas journaliste.

Et pourquoi ? L’idée n’est pas conne. C’est à creuser. La presse est une source potentielle de développement que je n’ai jamais songé jusqu’à maintenant. J’y réfléchirais à tête reposée et pour laisser la porte ouverte, je fais genre que j’ai un plan à long terme. Je souris malicieusement en hochant un sourcil en direction du commandant.

-Je veux dire. Pour l’instant.

Il a l’air dupe. Parfait.

-Non… comme vous le proposez, vous avez besoin d’informations précises, je peux chercher de mon côté et vous les fournir. Et l’inverse est réciproque. J’ai besoin d’informations sur un sujet, vous me les procurez. Evidemment, je ne veux pas monopoliser les ressources de l’état. Et ne rien faire de malhonnête. Vous êtes seuls juges de l’honnêteté des informations demandées. La rue n’a pas les mêmes sources d’informations que la garde. Et les mêmes méthodes.

Je me comprends. Parce que j’ai peut être laissé passer l’explication dans un hochement de tête convenu, il ne m’a pas convaincu avec son histoire de nomination. Certes, c’est plausible, mais il y a des ficelles invisibles là-dedans. Pourquoi nommer un type disparu de la garde depuis dix ? Qu’a-t-il fait pour mériter ce poste ? Pourquoi en haut, on lui fait confiance ? Pourquoi a-t-il quitté la garde s’il y retourne parce qu’on lui demande ? C’est qu’il doit aimer ça. Des tas de questions que si je lui envoyais un petit billet comme on parle de faire pour échanger des informations, je suis sûr qu’il ne me répondrait pas. Pourquoi ? A cause des opérations noires. Dont il a parlé. J’ignorais que ça existait. Je pensais pas que les autorités mettaient en place des opérations clandestines et avaient même un terme pour ça. C’était avant. Et lui aussi, il a quitté la garde avant. Coïncidence ? Probable. Opération noir donc illégal. Si le lien est plausible, ce bon Arban a trainé ses pieds dans des magouilles. Magouilles qui peuvent même encadrer sa nomination à ce poste. Ça m’interpelle et je méfie.

Car on ne sait jamais, il peut être du mauvais côté de l’honnêteté, travaillant avec des gens peu scrupuleux pour saper la royauté de l’intérieur, l’ayant fait grâce à des « opérations noires » et en continuant le faire alors que c’est une pratique officiellement fini. En aparté, c’est assez rigolo de parler d’opération officieuse officiellement fini. D’où la totale nécessité de travailler avec lui. Plus proche des complotistes, on peut les contrecarrer. S’ils le sont, évidemment, complotistes. Revenons aux détails.

-Il faut aussi déterminer un moyen de communiquer efficacement entre nous. Je ne vais pas passer ou faire passer des amis à la garde et vous n’allez pas envoyer des gens à la guilde en permanence. Ça finira par faire jaser et jeter la lumière sur nous. Et la clé de la recherche d’informations, vous en conviendrez, c’est la discrétion.

Sans surprise, il en convient.

Je peux éventuellement recruter un vieil ami pour servir de, entre guillemets, boite à demande. Une adresse. Il reçoit les demandes, me les transmets. Reçois mes demandes, vous les transmet. Lui-même, ou par des civils, en toute discrétion. Ou alors par des sociétés privées. J’ai cru entendre parler d’un projet de services de livraisons prochainement. Si j’en ai un jour l’occasion, je pourrais investir des moyens supplémentaires autant sur la fourniture d’informations que sur l’infrastructure et la logistique, mais je ne reste qu’un examinateur de la guilde, bien loin des affaires. Pour l’instant.

Clin d’œil appuyé. Patron de presse, ça en jette, non ?
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -35
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Mer 27 Nov - 13:33

Mon interlocuteur veut de toute évidence, garder toute son acuité, car il me demande juste un fond de verre, pour ne pas avoir les pensées embrumées par l’alcool. Je comprends très bien cette vision des choses car moi-même, je ne bois jamais en service. Puis nous passons à la phase négociation, car ma première proposition n’a pas été accepté.

Même si je suis dubitatif sur ses raisons, comme quoi, en cas de danger pour le Royaume, il ferait son devoir de brave citoyen, je ne peux que lui faire confiance sur ce sujet-là. Pour lui donner des informations en avance, il à l’air intéressé mais pas maintenant, car il a un projet à plus long terme, devenir journaliste, ce qui me semble une bonne idée car avec son bagout et son pouvoir, il peut avoir les bonnes informations au bon moment.

Sa propre proposition est assez simple, celui qui as besoin d’information va voir l’autre. C’est un système basique qui peut fonctionner, du moment qu’il est équitable. J’y réfléchis quelques minutes, et Whiskeyjack en profite pour me proposer différentes manières de nous contacter, notamment celle d’un vieil ami qui peut servir de relais entre nous. Je peux ainsi après avoir pris un moment de réflexion lui proposer les choses suivantes :

Monsieur Callahan, je suis d’accord avec vos idées, nous allons donc faire appel à l’autre dans des cas bien précis, à charge ensuite de lui renvoyer le monte-charge. Votre idée de communiquer via votre connaissance me convient, la Garde envoie une centaine de courriers par jour, et une enveloppe de plus ou de moins passera inaperçu. Moi-même j’en reçois une dizaine et je demanderai à ma secrétaire, en qui j’ai toute confiance, de me donner vos messages.

Voilà, les choses ainsi exposés me semblent plus claires, et je ne peux qu’acquiescer lorsqu’il indique qu’il souhaite se développer dans le monde de l’information. Je me souviens qu’au temps où j’étais Maitre-espion, j’avais une dizaine de réseau complètement opérationnel et rien de ce qui se passais dans notre pays ne m’échappais. Aujourd’hui les choses ont bien changer, et je dois me contenter d’un amateur, mais celui que j’ai en face de moi, pourrais faire de grandes choses, si il est bien soutenu. Je continu donc notre discussion :

Avez-vous d’autres points à développer ?



ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Whiskeyjack Callahan
MESSAGES : 85
CRISTAUX : 827
COULEUR : Team Pas-de couleur

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Whiskeyjack Callahan
Le Beau Jack
Jeu 28 Nov - 16:43

D’autres points à développer ? Je reste un moment un peu con. Parce qu’à partir du moment où est tombé d’accord pour relation de bon voisinage d’échanges d’informations et que niveau procédé, on est plutôt d’accord, je ne vois pas grand-chose à dire de plus. Si ce n’est de remettre une couche sur son arrivée à ce poste, mais on parle quand même du commandant de la garde, je doute qu’il déballe tous ses secrets aux premiers types venus. Même si je suis assez sympathique. Je suis plutôt à l’aise avec les familiarités d’habitude, mais je ne le sens pas à me déballer sa vie comme ça. Soyons vague.

-Des choses à développer, il y en a toujours, mais je ne pense pas que vous puissiez d’être une aide quelconque. Il faudra bien développer mon réseau et répondre aux problématiques de logistiques et de finance, mais cela viendra surement avec le temps. Si je peux produire un réseau d’informateur utile à la couronne, ce sera une sorte d’accomplissement personnelle. On a tous envie de laisser quelque chose de notre passage, non ? Quelque chose qui nous survit.

Oula, Jack. Tu commences à partir dans des trucs bien trop profonds et réfléchi en ayant presque pas bu. Inquiétant. Je soupire. Je souris. Et je fais claquer mes mains sur mes genoux, signe qu’il est peut-être temps de se séparer et de retourner à nos affaires respectives.

-Si vous me permettez, je vais prendre congé. Je pense que nous avons fait le tour de nos besoins pour aujourd’hui. Ce fut un plaisir de parler avec vous. Et nous aurons sans doute l’occasion de parler à l’avenir. Peut-être même quelque chose d’informel dans une occasion future…

Loin de moi l’idée d’aller souquer quelques godets avec le commandant de la garde. Je m’imagine plus la situation d’un salon confortable avec une bonne bouteille, un cigare et une ambiance de confiance. Avec d’autres gens, aussi, hein, parce qu’on est pas sectaires. Autre ambiance par rapport à ce que j’ai l’habitude de fréquenter. Pas que je les aime pas, mais j’aime bien changer, aussi. Un genre d’antichambre des gens utiles à la couronne, gravitant de près ou de loin, mais qui permettent de maintenir la sûreté et la sécurité du Royaume. Lorsque je me serais assurer de sa loyauté unique à ce même Royaume, hein. N’oublions pas les suspicions que je nourris à son égard. Je m’ébroue légèrement. Voilà que je prends mes rêves pour mes réalités.

Levé, je tends une main ferme à Arban, un sourire confiant au visage.

-A une prochaine, Arban ?

Parce que par moment, il faut tenter des familiarités pour déplacer les lignes.
Contenu sponsorisé


NouveauRépondre
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum