Le royaume d'Aryon
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Côté RPG Côté Administratif
Les prédef
Les recherches de liens
Le contexte
Un royaume prospère dans un monde plein de magie, de mystères et surtout d'aventures !
Natif de cette contrée, vous allez pouvoir défier votre destinée et créer votre légende au travers d'un récit épique qui marquera l'histoire du royaume... Que vous soyez un artisan de génie, un commerçant fourbe, un noble prétentieux, un aventurier intrépide ou un garde incorruptible, vous avez tous votre place dans le royaume d'Aryon !
Les dernières rumeurs
dabberblimp
ARYONPEDIA
CARTE INTERACTIVE


Une visite chez le docteur

Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -34
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Dim 1 Déc - 19:54

Je ne comprends pas, mais vraiment pas ce qui a bien pût se passer. J’ai pourtant fait tout ce qu’il fallait, je me suis échauffé de longues heures, fais des pompes, des abdominaux, des tours de piste, comme je fais à chaque fois, alors comment diable en frappant un mannequin avec mon épée, j’ai pu me déboiter l’épaule ? Je ne porte pourtant que mon armure de cuir noire, sans inscription comme à mon habitude, ce n'est pas le poids de mon vêtement qui m'a gêné.

Je suis pourtant en meilleur forme que la majorité des gardes malgré mes cinquante et un ans, car je m’astreins à une discipline de fer depuis mon arrivé dans les forces armées en tant que recrue à l’âge de douze ans. Mais là, c’est l’accident bête, comme ont parfois les bons et les mauvais chasseurs. Bien sûr devant mes hommes je n’ai rien montré, et je suis juste partit comme si c’était la fin de mon entrainement journalier, juste un peu plus tôt que d’habitude.

Mais maintenant je peux dire que cette épaule me fait un mal de chien, j’hésite même à utiliser mon pouvoir pour rentrer plus vite dans le bâtiment principal de la caserne, mais comme je ne peux l’utiliser qu’une fois par jour, je préfère le garder pour les cas d’urgence. Je m’efforce donc de marcher le plus droit possible, en direction de l’infirmerie. Je pourrais aussi demander au médecin de venir dans mon bureau, mais alors toute la caserne serait au courant de mon infortune et je préfère éviter.

J’entre donc dans le cabinet, comme si j’étais en visite d’inspection. La secrétaire médicale à l’accueil ne me reconnait pas, et me demande :

Bienvenu, que puis-je faire pour vous ?

Je soupire car cela fait quand même plus d’un mois que j’ai pris le commandement de la Garde, qui regroupe la Royale, la Civile et les Services Secrets, et des personnes ignorent encore qui je suis. Il faut dire que c’est la première fois que je mets les pieds ici, mais elle aurait quand même pu se renseigner ! Je lui indique d’une voix sèche :

Je suis Arban HÖLS, je pense avoir l’épaule déboité.

Voilà, avec ça, j’espère que la blouse blanche va se dépêcher d’aller chercher un médecin, mais au lieu de cela, elle prend un formulaire et commence à noter ! Je suis tellement stupéfait que je reste quelques secondes sans parler, c’est la jeune femme qui me sort de mon hébétude en me demandant :

Et que faite vous dans la Garde, vous êtes réserviste ?

Elle est vraiment sérieuse ? Je sais que vu mon état, je ne devrais pas m’énerver, et pour toute réponse je dis d’un ton sans réplique :

Aller chercher un fichu médecin, maintenant.


Je vois l’employé tiqué, n’appréciant pas ce qu’elle a entendu, mais mon regard doit être assez persuasif pour qu’elle aille frapper à une porte et indique à la personne qui est à l’intérieur :

Docteur Waltz, j’ai un patient pour vous.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Wendy Waltz
MESSAGES : 181
CRISTAUX : 1259
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Wendy Waltz
La Garde
Dim 1 Déc - 21:24

Il s’agissait d’une journée des plus banales. Wendy, comme à son habitude, se trouvait dans son bureau, travaillant sur des papiers bien trop ennuyants à son goût. Mais son ennui fut bien rapidement brisé, en même temps que le calme qui régnait dans la bâtiment. Une des infirmière des lieux toqua à sa porte et lui annonça l’arrivée d’un patient. La blouse blanche semblait assez contrariée, serait-ce un cas difficile ? Cela arrive parfois. Des patients trop orgueilleux ou bien trop impatients venaient, cherchant à passer en premier. Enfin bon. Pour une fois, la rousse n’était pas submergée. Elle avait donc le temps de s’occuper de lui pour une fois.

- Bien, j’arrive tout de suite … Vous avez bien fait de venir me voir.

La jeune femme se leva de son siège, ajustant sa blouse avant de sortir d’un pas rapide du bureau pour rejoindre l'accueil. Un homme d’une cinquantaine d’année s’y tenait et bien qu’au premier coup d’oeil, Wendy ne le reconnut pas. Il lui fallut quelques secondes d'observation intesive pour qu’enfin, sa tête fasse ding. La demoiselle sembla surprise et arriva à la hauteur de cet homme qui faisait plusieurs têtes de plus qu’elle. Elle ressemblait à une crevette à côté de lui, du haut de son mètre soixante cinq. De plus, ils avaient un écart d’âge assez important. Une trentaine d’années les séparaient. vingt-trois et cinquante et un. Ils étaient deux opposés. Ce serait un échange intéressant.

- Commandant Höls ? Vous êtes blessé ?

Wendy plissa le regard avec attention pour observer la posture du commandant et rapidement, elle repéra l’épaule qui semblait douloureux et sortie de son axe. D’accord, c’était une simple épaule déboîtée, ce serait vite réglé. Mais elle y pense ! L’homme ne doit pas savoir qui elle est. Elle sourit donc calmement et se présente.

- Oh oui je me présente ! Je suis le docteur Waltz, je suis celle qui vais m’occuper de cette pauvre épaule !


Le cinquantenaire pouvait être surpris par sa perspicacité. Il n’avait même pas dit un mot. Il n’en avait pas besoin. C’était une pro. Elle l’invita alors à la suivre, se dirigeant vers sa salle d’auscultation d’un pas rapide, pour compenser la différence de taille qui les séparait. Un pas de la part d’Arban devait correspondre au moins à deux ou trois pas de la part de Wendy. Après, il n’avait pas de quoi faire la malin. Après tout, dans quelques minutes, elle lui remettrait l’épaule en place. Et là, il ne rigolera pas.
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -34
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Dim 1 Déc - 23:39

Enfin une médecin arrive, plutôt menue, jeune avec surtout une chevelure rouge, je me souviens d’ailleurs de son nom, qui figure parmi les dossiers que j’ai étudié, une certaine Waltz, la plus jeune des docteurs que nous avons ici, j’espère pour elle qu’elle est compétente, car je ne suis pas d’humeur à être patient avec une épaule blessé. Du moins elle gagne déjà un bon point car elle me reconnait et sait qui je suis, quant à la secrétaire, elle pâlit d’un coup et c’est à son tour d’être comme tétanisé.

Depuis mon arrivé ici, j’ai réussi à bien m’améliorer socialement, et j’arrive à sourire de temps à temps et même à me retenir de crier comme je l’ai fait avec la personne qui gère l’accueil, mais là, avec une épaule blessée, je ne peux que grogner quand la jeune femme me demande si je suis blessé. Elle détecte d’ailleurs que je suis venu pour mon épaule, elle l’appelle même une pauvre épaule, comme si c’était le membre d’un autre. Il faut dire aussi que j’ai le bras plaqué contre le thorax, le coude plié et l’avant-bras soutenu par l’autre bras

L’important c’est que ce n’est pas une mollassonne et qu’elle prend rapidement le chemin de la salle d’où je l’ai vu sortir. Je la suis et en trois enjambé, je suis entré, je referme ensuite la porte afin qu’aucun garde ne sache la raison de ma présence ici, et restant debout, je lui dis :

Je vous remercie de me prendre aussi vite.

Voilà, j’ai fait preuve de courtoisie, je vais pouvoir passer aux choses importantes :

Je me suis en effet fais une luxation de l’épaule en frappant un mannequin d’entrainement à l’exercice, je n’ai pas l’impression qu’il y ait de fracture ou de lésion, mais comme d’habitude, vous allez de toute façon vérifier.

Je lui indique tout ces termes, car quand je n'étais que capitaine, lors d’un combat j’avais fais une mauvaise chute à cheval et j’avais eu le même genre de blessure. J’avais alors du rester trois semaines avec une écharpe pour maintenir mon coude collé au corps. Mais cela n’arrivera pas, il y a le docteur Sam, qui travaille à la garnison de la Forteresse et dont le pouvoir est justement de traiter ce genre de blessure, dès que je serai en état, j’irai le voir via le portail de téléportation et toute cette aventure ne sera qu’un mauvais souvenir. Je lui pose donc une dernière question :

Comment voulez-vous que je me positionne ?

En effet, même assis, je risque d’être trop grand, je me demande si je dois m’allonger sur la table d’auscultation.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Wendy Waltz
MESSAGES : 181
CRISTAUX : 1259
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Wendy Waltz
La Garde
Lun 2 Déc - 16:05

Pauvre secrétaire … Elle n’avait pas de chance ! Il ne fallait pas trop lui en vouloir. Il était assez rare que les grosses pointures de la garde viennent rendre visite au pôle médical et, si cela arrive, elles ne passent pas via l’administration. Non, elles viennent directement. Pas étonnant que la pauvre trentenaire en charge de l'accueil ne l’ai pas reconnu. Mais pas étonnant non plus que le commandant se soit vexer. 

Mais revenons à nos moutons. Le duo arriva bien rapidement dans la salle d’auscultation. Heureusement que Wendy avait le pas vif sinon, il l’aurait distancé. Et le commandant n’avait pas l’air d’être une personne très patiente … Il vallait mieux de se dépêcher, au risque de l’entendre pousser une gueulante. Quoi que … Il aurait rapidement regretté. La petite rousse ne se serait pas gêné pour le remettre à sa place. Tout d’abord, il arrive et double tout le monde puis réclame un médecin qu’on fait venir tout de suite. Cela n’est possible que par son rang, quoi qu’on en dise. L’homme veillera d’ailleurs à bien fermer la porte derrière lui, sans doute poussé par sa fierté. Il ne tarda pas à expliquer son état à une Wendy qui l’écoutait attentivement et ceci, tout en avançant une chaise face à lui. Le médecin aux cheveux de feu pu facilement déduire que ce n’était pas sa première blessure du genre.

- Effectivement, je vais vérifier tout ça mais si c’était fracturé, vous ne pourriez pas serrer votre bras ainsi ! Asseyez vous tout simplement, j’arrive dans une seconde ! Et expliquez moi donc comment vous vous êtes blessé … Le secret médical fait que rien en sortira d’ici. 


Elle abandonna la chaise pour récupérer une sorte de petit tabouret qu’elle plaça à côté. Allonger le patient ? Nah, pas besoin. Il lui suffit de monter sur cette petite merveille et elle gagne quinze centimètres. Pile la bonne hauteur pour remettre en place cette épaule. Mais avant, il fallait vérifier que tout allait bien. Elle grimpa donc sur son marchepied et posa ses petites mains fraîches sur l’épaule douloureuse qu’elle commença à palper, essayant bien évidemment de ne pas provoquer plus de douleurs que nécessaire. Il fut bien rapide pour la demoiselle de poser un diagnostic. C’était effectivement une jolie luxation. Il n’avait pas fait les choses à moitié. Mais au moins, la luxation était claire et donc, plus facile à remettre en place. Ce serait vite réglé.

- Bon, comme vous le devinez, pas de fracture ni de lésions musculaires. Par contre, je vais devoir la remettre dans l’axe et ça, ça va faire mal. Alors préparez vous !


Elle ne lui laissa pas trop le temps de s’imaginer une douleur ou bien d’avoir ne serait-ce qu’un peu de peur. Déjà, les mains de la jeune femme avait agrippé l'épaule du soldat d’une manière assez particulière. Un main sur le dessous du bras, l'autre à l'arrière de l'épaule. Elle prit une grande inspiration et se prépara.


- Bon alors … trois … deux …

Et crac. Quoi ? Il n'y a pas eu de un ? C'est normal. Comme ça, il ne s'est pas tendu au moment fatidique. Wendy avait, d'un mouvement, fait se soulever l'os pour le remettre là où il devait se trouver à l'origine. Le commandant avait dû avoir bien mal mais au point, c'était fini. Satisfaite, la jeune femme descendit de son marchepied et se frotta les mains. Il était surprenant de voir la force qu'elle possède dans les bras. À force de porter des livres en même temps ...

- Ça devrait être bon commandant … Je vous donne une écharpe pour que votre bras ne bouge pas. Vous me la rendrez une fois que vous serez aller voir un mage de soins. Je devine aisément que vous n'avez pas prévu de rester au repos pendant 2 semaines ...


Un rire passa les lèvres de la demoiselle qui réapparut dans le dos du cinquantenaire etlui posa la fameuse écharpe en tissus. Elle la noua alors à l'arrière cou d'un nœud simple mais résistant. 


- Est ce que vous voulez des anti douleurs en attendant ? Ou ça ira ?
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -34
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Jeu 5 Déc - 8:45

Suivant les indications de la doctoresse, je m’assieds et je la vois apporter un petit tabouret avant de monter dessus et de m’ausculter. Cela me fait bizarre d’être ainsi manipulé et touché par une femme, mais je reste stoïque malgré les idées que j’ai en tête et la douleur. Au bout d’un moment, la jeune femme émet son diagnostic qui me rassure, je n’ai pas de complication. Profitant de mon état d’esprit apaisé elle m’indique qu’elle va remettre en place mon épaule immédiatement, je me laisse faire. Elle se met derrière moi avant de commencer un compte à rebours qui s’arrête à deux avant qu’elle ne remette mon bras à la bonne place.

Je me souviens alors que le précédent médecin avait utilisé le même stratagème, et aujourd’hui, vingt ans après ma première blessure, je me fais avoir de la même façon ! Mais sur le moment, j’ai mal, très mal, mais la douleur s’évanouit assez vite et je suis surtout impressionné par la force qu’à ce petit bout de femme. De plus elle est intelligente, car tout en me fixant une écharpe pour que je puisse maintenir mon bras, elle devine que je vais aller voir un autre de ses collègues pour bénéficier de soin magique. Une fois le bout de tissus bien accroché, elle me propose des anti-douleurs. Tout ces éléments m'ont fortement impressionné et je lui dis avec beaucoup de respect dans la voix :

Vous êtes un vrais Changelement, vous paraissez inoffensive à première vue mais vous disposez d’une force peu commune. Vous m’avez soigné efficacement et rapidement, et je vous en remercie pour cela.

C’est sans doute les phrases les plus gentilles que j’ai prononcé depuis mon arrivé à la Caserne il y a de cela plus d’un mois, et je n’ai même pas eu besoin de me forcer ! C’est surement la disparition de la douleur qui me rend aussi sympa. Je crois même que je souris en continuant de parler :

Pour les anti-douleurs, ce n’est pas la peine, ils sont rares, je pense qu’il faut les garder pour les cas les plus graves et…

Je suis grossièrement interrompu, par un grand cri de femme, semblant venir de la salle d’attente, ce qui a deux conséquences sur moi. La première est que mon sourire s’efface en moins d’une seconde, la deuxième, est que je dégaine immédiatement mon épée, avant d’ouvrir la porte. Le spectacle qui s’offre à ma vue est peu banal, je vois un garde, en train de baver, tout en tenant des propos intelligibles et tenant dans ses bras la demoiselle de l’accueil, tout en la menaçant avec une épée placée juste sous sa gorge. Un autre de ces compagnons est présent et semble complètement paniqué.

D’après les insignes sur leur uniforme, ils sont de la même unité de Garde et je vais droit vers ce dernier pour lui demander :

Je suis Arban Höls, que s’est-il passé ?

Le militaire me reconnaissant, semble d’abord sous le choc, mais ma présence semble le soulagé, comme si j’allais pouvoir régler le problème d’un coup de baguette magique, il me donne donc rapidement les informations dont j’ai besoin :

Nous sommes de la forteresse, alors que nous patrouillons, nous avons été attaqués par un monstre qui nous a soufflé une espèce de brume verdâtre, dessus et c’est Hans qui a tout pris dans la tête, moi je n’en ai pratiquement pas respiré. Comme il se plaignais de maux de tête de plus en plus violent, le médecin de la base qui ne savait pas comment le soigner nous a envoyé ici via le portail. Hans dès qu’il est entré a dégainé son arme et il foncé vers la standardiste ! Cette dernière a crié, et c’est à ce moment là que vous êtes arrivé.

Je vois mon interlocuteur regardé mon bras en écharpe, et je me dis que d’ici dix minutes, toute la caserne sera au courant que je me suis blessé. C’est vraiment parfait, exactement le contraire de ce que je voulais. Mais j’ai un problème plus grave sur les bras, et c’est pourquoi je me tourne vers la praticienne pour lui demander son aide :

Dame Waltz, si vous avez une idée pour sortir de cette situation sans que l’otage soit blessé, je suis preneur.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Wendy Waltz
MESSAGES : 181
CRISTAUX : 1259
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Wendy Waltz
La Garde
Lun 9 Déc - 21:13

Eh bien … Si on lui avait dit qu’un jour, le capitaine de la garde lui ferait une telle avalanche de compliment, Wendy ne l’aurait sûrement pas cru. Oh non, elle aurait été sceptique. Peut-être aurait-elle même vérifié votre température, craignant que vous soyez pris d’une forte fièvre. Ce n’était pas étonnant. Après tout, en un mois, le capitaine avait eu le temps de se faire une réputation de dur à cuire. Il était rare de le voir prononcer le moindre compliment. Et voilà qu’elle décrochait le jackpot . Vous comprenez bien sa surprise ! La jeune demoiselle observa quelques secondes le cinquantenaire avant de laisser un adorable sourire étirer ses lèvres, ses yeux se plissant de malice par la même occasion.

- Ohlala ! Si vous vous répandez en de tels compliments à chaque fois, certains vont prendre la grosse tête !

Elle ricana un peu, remettant une mèche de ses cheveux rouges pommes derrière son oreille. Le fameux Arban Höls était bien plus intéressant que les rumeurs ! Il n’était pas juste une brute épaisse. Il savait reconnaître les capacités des autres. Bon point pour lui si vous voulez son avis ! C’est ce qui lui permettra de remplir au mieux son rôle. C’est en connaissant son armée qu’on peut la diriger au mieux, pas vrai . De plus, il fut assez attentif aux restrictions du pôle médical, refusant les antidouleurs qu’il jugeait non nécessaires dans son état. Intérieurement, Wendy le remercia. Les stocks sont précieux. Mais alors qu’il continue de parler, un grand cri met fin à leur conversation. La praticienne reconnaît cette voix. C’est celle de la secrétaire en charge des arrivées. Et ce n’est pas un cri de joie.

Ni une, ni deux, le duo ne se jette en dehors de la salle dédiée aux auscultations pour se rendre à la salle d’attente, et ce, le plus rapidement possible.  C’est une scène bien surprenante qui s’offre à eux. Le regard de médecin décortique ce qu’il voit. bave, propos sans aucun sens, agressivité … Il faut qu’elle trouve un diagnostic et le plus vite possible. Que ce soit pour le malade ou bien la trentenaire terrorisée. Le commandant interroge le camarade de celui qu’on pourrait prendre pour un fou. La femme écoute avec sérieux chacun de ses mots. Brume verte, soufflée par un monstre. Bave. Agressivité. Délires. Bon, on recommence. Brume verte, soufflée par un monstre. Bave. Agressivité. Délires … Bon, déjà, il faut libérer la secrétaire. Cela lui laissera plus de temps pour trouver un remède. Et puis, elle avait déjà une petite idée du mal qui le dévorait. Il lui faudrait juste vérifier. Elle répondit donc à son supérieur, dans un murmure.

- J’ai besoin de vous pour détourner son attention une petite minute … Vous pensez pouvoir le faire sans qu’il s’énerve trop ? Si ça marche, il n’y aura pas un blessé. Dans le pire des cas, je serais la seule à être victime de mon erreur.


Puis elle s'exclama d'une voix plus forte à l'ensemble des personnes présentes.

- Vous tous, allez dans les pièces annexes et attendez que je vous dise de sortir.

Wendy ne perdait pas son calme. C’est comme ça qu’on faisait des erreurs. Le métier de médecin était exigeant, surtout lors des opérations d’urgence. La demoiselle était habituée. Son regard était intense, fixant l’homme presque devenu sauvage. Qu’est ce qu’elle avait en tête exactement ? Qui sait. Mais elle était prête à mettre sa propre sécurité en jeu. Avec Wendy, on n’est jamais sûr de rien. Elle commença lentement à contourner la scène pour entrer dans l’angle mort du soldat. Honnêtement, elle espérait qu’avec son apparence de jeune demoiselle toute fragile, elle n’éveillerait pas trop l’attention sur ses actions.
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -34
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Mer 11 Déc - 15:48

Wendy me réponds dans un murmure qu’elle a un plan mais que je vais devoir l’occuper le temps qu’elle le réalise. Puis elle demande à tout le monde de sortir, afin qu’il n’y ais pas d’autres blessés, confirmant ainsi qu’elle est capable de prendre des bonnes décisions rapidement.

C’est maintenant à mon tour de jouer et j’avance prudemment vers le preneur d’otage, en lui parlant doucement :

Je suis Arban Höls, commandant de la Garde.


Je ne reçois qu’un simple grognement en guise de réponse, il va falloir que j’essaye autre chose, alors je choisis de raconter ce qui m’ai arrivé cette nuit :

J’ai fait un rêve, je gagnais un million de cristaux et avec j’achetais une paire de chaussure, trop grande, puis moche en plus, c’est incroyable, c’est bizarre.

Je vois que j’ai enfin attirer son attention, car il me répond par un autre grognement intrigué, comme si lui aussi, il trouvai ça bizarre. Je m’approche donc doucement encore un petit peu, pour arriver à seulment deux mètres de lui, et je lui demande :

Vous ne voudriez pas relâcher cette femme, je sais qu’elle est très énervante, mais ce n’est pas une raison pour la tuer.

Le forcené ne semble pas d’accord avec mes propos et me hurle littéralement dessus, projetant de la bave à près de cinq mètres et me salissant toute mon armure de cuir, déjà couverte de poussière. Il va falloir que je prenne une douche maintenant et que je consulte car je pense avoir une perte de l'audition. Pourtant je ne recule pas et me contente de le calmer :

Tout va bien, vous pouvez la garder autant que vous voudrez.


Bien sûr, c’est totalement faux, mais j’espère ainsi gagner assez de temps pour que la doctoresse intervienne. Il va falloir que son intervention arrive rapidement, car je commence à être à court d’idée, d'oreille et d'armure.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Wendy Waltz
MESSAGES : 181
CRISTAUX : 1259
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Wendy Waltz
La Garde
Lun 16 Déc - 21:49

Bien, le commandant se montrait coopératif, lui permettant d’agir comme bon lui semble afin d’accomplir son plan. laissant donc le cinquantenaire se charger de la distraction, Wendy termina de sortir du champs de vision du garde puis se glissa dans un premier chariot, recouvert d’un drap blanc qui la dissimulait à merveilles. C’est à ce moment que commandant se présenta, ne recevant que pour seule réponse un grognement agressif. Qu’il cherche autre chose, elle a besoin de plus de temps. 


Sur cette pensée, elle sort du chariot et parcourt un mètre avant de se cacher derrière une énorme pile de couvertures, présente en plein milieu de l’accueil à cause d’un rangement afin de préparer l’arrivée de la période froide. La rouquine n’attire pas l’attention du malade, celui-ci étant trop concentré sur le récit du rêve d’Arban. Un miracle d’ailleurs car c’est une histoire à dormir debout. enfin bon, elle ne peut pas se plaindre, ça marche. 


Avançant encore un peu, la praticienne arriva enfin au niveau de l’homme hors de contrôle. Celui-ci vient tout juste de hurler à l’idée de reposer la secrétaire, aspergeant le gradé de bave et certainement de petits restes de repas qui étaient coincés entre ses dents. Une bonne douche attend le commandant. Wendy en profita. Elle glissa alors sa main au sol, la droite plus précisément, et un tapis de trèfles poussa au sol, comme par magie. Pour être plus précise, il s’agit de trèfles collants. Une plante adhésive très résistante qui ne tardera pas à servir. Car oui. La plante à peine poussée, la rousse bondit, attrapant les poignets du forcené qui, surpris, relâcha l’infirmière. Celle-ci ne perd pas une seconde et s’enfuit à toute vitesse, mise à l’abris dans une salle annexe par d’autres infirmiers.


Une sorte du duel s’est engagé entre le docteur et son futur patient. Celui-ci tente de la faire lâcher et recule de deux pas. Ses pieds se retrouvent bloqués par les trèfles et alors qu’il essaye de reculer encore, Wendy le poussa. Surpris par la perte de mobilité de ses pieds, il chute alors en arrière, se collant alors au reste du tapis de trèfle. Le voilà collé, comme une mouche dans la toile d’une araignée. Il a beau se débattre, il n’arrive à rien. Mais à ce rythme, ne risque t-il pas de se blesser ? Pas de panique, la rousse a tout prévu. Elle sort de sa poche une seringue et grimpa à califourchon sur l’homme en état de choc.  Elle se prend d’abord un violent coup dans la joue puis l’instant d’après, elle lui bloque le bras et y plante l’aiguille pour injecter le liquide qui se trouvait dans le petit réservoir. Les mouvements se ralentissent. Ils se calment puis s’arrêtent. L’homme vient d’être endormi et ne bouge plus d’un pouce. Wendy marmonna alors pour elle-même en se caressant la joue.

- Aie …


Elle se redresse, lentement et se masse la joue rougie et un peu gonflée. Il faudra mettre un peu de froid … Enfin, ce n’est pas le moment de penser à elle. Sa voix se fait de nouveau forte et autoritaire, à l’encontre de ses subalternes.

- Allez on se dépêche ! Que quelqu’un aille chercher du vezenta et décollez le. Vous l’emmenez en chambre 7 et vous l’attachez. Et vous mettez en place une purification du sang, d’accord ? 


L’ordre est claquant et rapidement, tous se mettent en action sous ses ordres. L’animal qui avait attaqué les gardes soufflait une fumée qui intoxique le sang et agit sur la perception. Nettoyer son sang lui permettrait de reprendre ses esprits. Fatiguée, la jeune femme souffla et passa à nouveau sa main sur sa joue qui enflait à vue d’oeil. Elle aurait un beau bleu … Génial ! Ah mais elle oublie la présence du général qui, avec son épaule, n’avait pas réellement pu aider. Avec hâte, la jeune demoiselle se tourna vers lui.

- Oh pardon commandant, je me suis laissée distraire et j’ai oublié de vous remercier pour votre aide !

Elle semble un peu gênée du spectacle qu'elle lui a offert. Il s'attend sans doute à ce que ce genre de chose n'arrive pas mais bon, il faut faire face à la réalité des choses. Parfois, il faut calmer les patients, même si c'est un peu brutalement.
Arban Höls
MESSAGES : 228
CRISTAUX : -34
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Arban Höls
Commandant de la Garde
Mer 18 Déc - 18:45

Je vois un tapis de trèfle poussé et je dois dire que je suis un peu déçu par cette prestation, je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire et surtout de plus utile. D’ailleurs le forcené ne le remarque même pas. Mais c’était la première partie d’un plan plus élaboré, car je vois la doctoresse, bondir tel un tigre et agripper les mains du soldat devenu fou, celui-ci surpris lâche sa victime.

J’assiste méduser à la lutte entre le jeune médecin et un vétéran expérimenté à toute les manœuvres de combat et en essayant de ce libérer, je vois que ces bottes sont comme collé au sol ! Il tombe à la renverse et ayant repris mes esprits, j’allais pouvoir enfin intervenir pour le mettre définitivement hors de combat en l’assommant, maintenant qu'il n'a plus de bouclier humain et qu'il est à terre, mais au lieu de ça, la jeune femme déchainée lui grimpe dessus et lui plante une seringue directement dans le bras.

Je suis de plus en plus impressionné, j’ai devant un véritable médecin de zone de guerre, comme on en fais plus. Elle se met d’ailleurs debout et donne des ordres pour que l’on prenne soins de l’homme évanouis, sans prendre une seconde pour souffler ! Puis elle se tourne vers moi pour me demander pardon, puis me remercie !

J’ai la mâchoire qui tombe devant ce qui vient d’arriver, mais je me reprends et lui indique :

C’est vous qui avez fais tout le travail, vous avez subi un entrainement de commando ?

C’est la seule explication logique à ce que je viens de voir, où alors elle a grandi en pleine jungle en étant élevé par des animaux sauges, comme ce héros de livre pour enfant qui s’appelle Marzan. C’est alors que je remarque sa joue gonflée, comprenant qu’elle a dû se prendre un coup pendant la bagarre. Curieusement, cela la rend encore plus jolie, et je ne peux m’empêcher de lui sourire. Bien sûr, je reprends vite mon visage habituel et lui indique :

Vous avez reçu un sale coup, prenez quelque secondes pour vous faire soigner avant d’aller voir votre futur patient, c’est un ordre.

Je me retourne ensuite vers le compagnon de l’homme qui a été rendu fou par une créature et je lui demande :

Est-ce que vous savez que les obscuris aiment se baigner au soleil ? C’est même comme cela qu’ils se régénèrent.


Le soldat me regarde avec des yeux ronds et m’indique :

Oui commandant, je le savais !

Je hoche la tête devant sa réponse, il ne connait absolument rien au bestiaire de notre royaume et je lui donne l’ordre suivant :

Rejoignez le bâtiment principal et demandé le sergent Hogan, c’est un expert en monstre, essayez de lui décrire au mieux ce qui vous a attaqué, puis revenez ici ensemble le plus rapidement possible.

Je me tourne ensuite vers la jeune femme pour lui dire :

Je vais rentrer à mon bureau, si vous avez besoin de moi n’hésitez pas à m’appeler. J’apprécierais qu’une fois votre travail terminé, vous me fassiez un rapport complet en personne, si des créatures qui rendent fou mes hommes rodent à proximité de la Forteresse, je devrais mettre un plan en place.

Je salut d’un bref signe de tête et rejoins la caserne, ayant complètement oublié d’aller me faire soigner magiquement, trop absorbé par tout ce qu’il vient de se passer.


ARBAN HÖLS, commandant de la garde royale
http://aryon.forumactif.com/t1986-arban-hols
Arban parle
Arban pense
PNJ parle
Wendy Waltz
MESSAGES : 181
CRISTAUX : 1259
COULEUR : #

INFORMATIONS DU PERSONNAGE
En quelques mots:
Pouvoir:
Inventaire:
Wendy Waltz
La Garde
Sam 21 Déc - 20:06

Oh mince, a t-elle cassé le commandant ? Celui-ci à la mâchoire qui tombe et un air surpris. Alors bon, dans un sens, elle le comprend. Elle est loin d’avoir l’apparence d’une guerrière, mais tout de même ! Fait-elle si frêle que ça ? Peut-être devait elle faire un peu de musculation histoire que ça se voit un peu plus ? Elle nota cette idée dans un coin de sa tête avant d’écouter ce que lui disait l’homme qui avait reprit ses esprits. Il lui demanda si elle avait reçu une formation de commando. Ce fut à son d'être surprise et d'échapper un petit rire. On lui avait raconté que le commandant était avare en compliment mais ça ne pouvait être qu'une rumeur ! Ou alors, elle avait vraiment fait forte impression


J'ai suivi la formation militaire de base mais je m'entraîne en dehors de mes heures de travail pour peut-être rejoindre des missions … ce n'est qu'un projet, bien évidemment ! Et puis, l'adrénaline m'a bien aidé !


Au fond, Wendy remerciait Elina, la lieutenant, qui l'entraînait à quelques occasions pour lui permettre de progresser plus vite. Et cela avait porté ses fruits ! Elle avait su maîtriser l'homme avec bien plus d'habileté que d'habitude bien qu'elle se soit prit un bon coup dans la joue. D'ailleurs, la douleur ne voulait pas s'en aller. La rousse y porta sa main, essayant de déterminer si elle n'avait pas une petite fracture même si ça ne semblait pas être le cas. On n'est jamais trop prudent. Le médecin revint seulement à elle lorsqu'il prend de nouveau la parole, lui ordonnant d'aller se faire soigner. Et bien qu'elle n'avait pas le droit 

de contester un ordre direct de son Supérieur, elle décida intérieurement de s'occuper elle-même de sa blessure.


Oh ne vous inquiétez pas, ce n'est rien de grave ! J'aurais seulement un beau bleu ! 


Et mal quelques jours aussi. Enfin bon, c'est un petit prix comparée à la vie de la femme prise en otage mais aussi du patient. Et puis, elle avait envisagé bien pire comme risques. La jolie demoiselle avait bel et bien mit sa vie sur la table. Alors qu'elle se perd dans ses pensées, le cinquantenaire fait la morale au garde ayant accompagné son camarade, lui ordonnant de se renseigner sur la créature les ayant attaqué auprès d'un sergent spécialisé. Et ce fut de nouveau au tour de Wendy de recevoir un ordre de son supérieur. Un ordre qu'elle jugea des plus sages. Faire un rapport, ça, elle le pouvait. Et même, elle le voulait. Elle prendrait les informations donné par l'expert via le garde, ses observations quant à son patient et trouverait alors une parade. C'est son rôle de médecin après tout. Pour répondre à Arban, la jeune femme se mit au garde à vous. C'était de rigueur vu l'ordre.


Bien monsieur ! Comptez sur moi !


Elle le regarde partir et pousse un soupire. C'était une rencontre inattendue mais assez plaisante. Wendy en garderait un bon souvenir. Et alors qu'elle se perdait dans ses pensées, une infirmière la ramena à l'ordre, lui collant une poche de glace sur la joue qu'elle accepta avec plaisir avant de replonger dans le travail pour toute sa journée.
Contenu sponsorisé


NouveauRépondre
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum